Adrien Coirier : "A Tignes, je suis passé pas loin de la mort" (interview)

Ecrit par

Adrien Coirier, c’est deux victoires sur le circuit américain de ski freeride en 2006 et 2007 et une carrière marquée par une grosse chute en 2009 à Tignes. On a profité de la présence du rider de Bourg-Saint-Maurice sur le Trophée Mer Montagne organisé au Corbier fin janvier pour lui concocter une interview "le plus…".

Adrien Coirier s’apprêtait à monter à bord des petits bateaux optimist amenés sur le bas des pistes de la station du Corbier pour le Trophée Mer Montagne. Un événement sur lequel il a pu croiser notamment Aurélien Ducroz qui nous avouait avoir l’Xtreme de Verbier comme plus gros objectif de la saison. De son côté, Adrien Coirier (33 ans) a dû se "soumettre"pour meltyXtrem à une interview "le plus". Celui qui a décidé d’arrêter la compétition il y a quelques années s’est désormais tourné vers les films. Double vainqueur du circuit américain de ski freeride en 2006 et 2007, le rider de Bourg St Maurice s’attelle aujourd’hui à rider certains des plus beaux spots de la planète. Et c’est au Japon qu’il est parti pendant trois semaines fin décembre avec Romain Grojean et Jérémy Prevost pour une web série baptisée Cheers dont il a récemment dévoilé le premier épisode (à voir ci-dessous, en fin d’interview). En attendant un autre projet sur le freerando avec ce même Jérémy Prevost qui devrait apparaître prochainement sur Epic TV.

Adrien Coirier : "A Tignes, je suis passé pas loin de la mort" (interview)

Le plus gros event auquel tu aies participé ?

C’est évidemment le Freeride World Tour. Personnellement, j’ai toujours été très fan de Revelstoke (Canada) et Verbier (Suisse). Verbier, c’est la seule ou tout le monde a peur en haut. Même les mecs qui l’ont gagné plusieurs fois comme Xavier de Le Rue ne sont pas sereins au sommet. Ce n’est pas tant le fait de descendre même si tu sais que si tu tombes entre le premier et dixième virage, tu peux y rester, mais avec la pression, le départ, l’ampleur de l’event, ça rend Verbier encore plus gros, encore plus unique…

Ta plus belle victoire ?

J’ai gagné deux années de suite le tour nord-américain en 2006 et 2007. J’étais le seul européen à partir là-bas sur les six étapes du circuit. Ceux qui venaient en groupe de l’extérieur n’étaient pas forcément bien accueillis, mais là, en étant tout seul, j’étais obligé de m’intégrer. Après, sur le niveau de ski, il faut savoir que c’est vraiment autre chose le freeride là-bas. C’est des parcs d’attraction (rires), bref, c’est différent…

Le rider qui t’a le plus impressionné ?

Guerlain Chicherit (multiple champion du monde de ski freeride et aujourd’hui pilote automobile). C’était mon parrain car on a gagné les étoiles du sport ensemble en 2005. Il m’a énormément conseillé, je lui dois beaucoup. J’ai toujours admiré sa capacité à transmettre autant aux gens qu’aux médias. Il avait un discours qui donnait envie de faire du freeride.

La vidéo qui t’a le plus scotchée dernièrement ?

Celle de Candide Thovex évidemment. Après l’avoir vu, tu de dis juste que tu vas éviter de balancer ta propre vidéo GoPro… (rires)

Adrien Coirier : "A Tignes, je suis passé pas loin de la mort" (interview)

Ta plus grosse peur ?

A Tignes en 2009 en fin de saison, j’ai vraiment eu un énorme accident. Je suis passé pas loin de la mort. J’ai eu un double pneumothorax, cinq côtes et deux omoplates cassés et aujourd’hui, j’ai cinq apophyses transverses en moins (partie saillante d'une vertèbre qui permet les mouvements de la colonne vertébrale et le maintien des vertèbres les unes par rapport aux autres). J’ai vraiment morflé. Je me suis blessé fin mars et j’ai réattaqué la compétition en janvier de l’année suivante. Je n’avais pas d’appréhension. Aujourd’hui, ça va au niveau du dos, je ne le ressens pas forcément quand je ski.

La plus grosse face que tu aies prise ?

Revelstoke sur la face Mac Daddy (située sur le pic MacKenzie).

Celle qui te fait le plus rêver ?

Comme je me suis mis récemment au ski de rando et à l’alpinisme, ça me permet d’envisager autre chose au niveau des spots que je vais rider. Quand je vois ce que fait par exemple Jérémy Jones dans Higher en Himalaya, ça donne envie…

Adrien Coirier : "A Tignes, je suis passé pas loin de la mort" (interview)

L’équipement le plus indispensable en freeride pour toi au-delà de ceux liés à la sécurité ?

Il y a quelques années, j’avais rencontré un moine bouddhiste japonais qui m’avait dessiné un mantra (une formule de méditation) sur une feuille que je mettais dans ma dorsale. Depuis que je ne suis plus en compétition, je ne mets plus de dorsale, donc je ne l’ai plus.

Le rider qui va le plus déchirer dans les années à venir ?

Je pense que ce sera Dylan Florit (vainqueur notamment de l’épreuve d’ouverture de la coupe de France Slopestyle à Valloire début février et qui était ouvreur cette année sur le Red Bull Linecatcher). Il est très fort en freeride et freestyle et ne fait pas trop de bruit contrairement à pas mal de jeunes qui se croient déjà arrivés.

Le sponsor qui t’a le plus soutenu ?

Julbo. Je bosse avec eux depuis huit ans. C’est le seul team qui demande à chaque fois l’avis de tous les riders pour savoir si l’on untel ou untel peut nous rejoindre.

Ton rêve le plus cher ?

Le gros projet avec Aurélien Ducroz et certains marins du Trophée Mer Montagne (Maewan - Adventure Base de Erwan Le Lann dont meltyXtrem a également fait l’interview sur le Trophée). Ils m’ont proposé ça ces jours-ci et je suis partant. Ça devrait être pas mal…

Cheers : le premier épisode de la série au Japon par adrenaline