Alexis Pinturault : "Podiums et victoires, c'est l'objectif cette saison"

Ecrit par

Troisième du classement général de la coupe du monde l'hiver dernier, Alexis Pinturault aborde la saison 2015-2016 avec la volonté de viser plus haut. Il s'est confié sur ses objectifs à meltyXtrem.

Leader de l'équipe de France masculine de ski alpin, Alexis Pinturault reste sur une saison 2014-2015 pleine. Troisième du classement général pour la deuxième année consécutive, le Tricolore a également pris la deuxième place des petits globes du slalom géant et du combiné. Et est monté sur la plus haute marche du podium à l'occasion du géant de Kranjska Gora et du super combiné de Kitzbühel. Après une préparation sur un modèle pré-olympique malgré une saison sans compétition majeure (championnat du monde ou Jeux Olympiques), Alexis Pinturault attaque ce nouvel hiver avec la volonté de venir chatouiller les deux patrons du ski alpin mondial, l'Autrichien Marcel Hirscher et le Norvégien Kjetil Jansrud. Et ce dès dimanche à l'occasion du premier slalom géant de l'année à Sölden, en Autriche. Le skieur français s'est confié à meltyXtrem sur ses ambitions à quelques jours de la reprise du grand cirque blanc. À lire également : Tessa Worley : "Je me suis remise en question" (interview exclu)

Alexis Pinturault : "Podiums et victoires, c'est l'objectif cette saison"

Comment juges-tu ta saison dernière ?

"C'était un très bon hiver pour moi car c'était une période de transition, j'ai changé de matériel et d'équipementier. Avec l'ancien, je sentais que je plafonnais et que je n'arrivais pas à aller chercher les meilleurs. J'ai dû trouver de nouveaux réglages et cela m'a pris un peu de temps. Mais malgré cette situation, je suis content de ma saison dernière. J'ai réussi à garder ma troisième place du classement général et maintenant je souhaite progresser encore et titiller les meilleurs."

Comment progresse-t-on encore quand on est troisième mondial ?

"On s'inspire de nos propres qualités avant tout mais il est toujours intéressant de regarder ce que font les autres aussi. Marcel Hirscher est par exemple très bon pour changer de matériel d'une manche à une autre. Cela peut être intéressant de garder cette idée en tête mais il faut s'appuyer uniquement sur ma technique pour le reste. Cela ne sert à rien de copier un autre skieur car on ne fera jamais mieux qu'un autre comme cela."

Alexis Pinturault : "Podiums et victoires, c'est l'objectif cette saison"

Comment appréhendes-tu ton statut de leader de l'équipe de France ?

"Je ne fais pas attention à cela car j'ai accepté ce statut. Il m'est un peu tombé dessus quand Jean-Baptiste (Grange) et Julien (Lizeroux) ont connu des blessures. Au début, je disais que cela ne me dérangeait pas même si c'était un peu bizarre à vivre. Et puis après, je me suis dit que cela ne servait à rien que je m'ajoute de la pression car cela ne m'aiderait pas pour atteindre mes objectifs."

L'équipe de France masculine est très consistante dans les épreuves techniques...

"Le groupe en géant est très consistant oui. Cela devient également intéressant en slalom car on est quatre dans les quinze mais malheureusement, pour le moment, personne n'a intégré le top 7. Il faut transformer les bonnes places en podiums et en victoires, c'est l'objectif dès cette saison."

Alexis Pinturault : "Podiums et victoires, c'est l'objectif cette saison"

Comment expliques-tu les difficultés que connaît la France à organiser des épreuves de Coupe du monde ?

"Pour moi, la différence vient des sponsors. La France a du mal à trouver des partenaires à toutes les échelles, à leur montrer l'impact qu'une compétition peut avoir sur une station ou une région. Le modèle américain est quant à lui très bien rodé. Si on propose un événement pertinent, tout sera mis en place pour qu'il soit grandiose."

"Mon sponsor Red Bull se sert par exemple de sports peu médiatiques, comme le BMX, le VTT de descente ou le crashed ice, et les utilise pour créer de vrais rendez-vous car il croit en un certain potentiel. Cette dynamique attire ensuite des annonceurs et cela devient intéressant pour tout le monde. C'est une question d'investissement personnel, tout repose sur la croyance en un projet. Red Bull est un véritable apport dans la logistique pour moi. Cela me facilite mes déplacements et mes entraînements, ce n'est pas négligeable pour le très haut niveau."