Attaque de requin à La Réunion : La fédération française de surf demande la reprise du dispositif vigies

Après l'attaque mortelle par un requin dont a été victime Elio Canestri le 12 avril dernier, la fédération française de surf a demandé des mesures à l'Etat concernant la pratique de la discipline à La Réunion. Plus d'informations sur meltyXtrem.

Après le drame, le temps des prises de décisions est venu. Si le dramatique accident qui a coûté la vie au jeune surfeur Elio Canestri (13 ans), attaqué par un requin, le 12 avril dernier à La Réunion, n'est pas un cas isolé, la vague d'émotions qu'il a suscitée a entraîné un renforcement des discussions entre la fédération française de surf (FFS) et l'Etat quant à la pratique de la discipline sur l'île. Ainsi, la FFS a demandé qu'un effort de pêche ciblée soit réalisé autour des côtes réunionnaises, ainsi que la reprise du dispositif des vigies requins. Jean-Luc Arassus, président de la fédération, expliquait ainsi pour meltyXtrem il y a quelques jours : "Dès 2013, on avait trouvé une solution qui marchait bien dans des conditions très particulières, c’était les vigies requin. On sait évidemment que le risque zéro n’existe pas. Mais les vigies avaient montré leur efficacité. Quand on occupe la colonne d’eau dans laquelle le requin bouldogue, qui est très méfiant, évolue, sa procédure de chasse est modifiée et, a priori, même si c’est empirique comme observation, on a constaté que le requin préférait attaquer ailleurs et sur une autre proie."

Attaque de requin à La Réunion : La fédération française de surf demande la reprise du dispositif vigies

Par ailleurs, la fédération française souhaite l’installation le plus rapidement possible de barrières physiques sur les plages et se félicite des mesures qui ont été prise par les différentes communes de l’ouest de l'île, notamment celle de Saint-Paul où la dernière attaque mortelle a eu lieu. Des filets doivent ainsi être installés d’ici septembre sur les plages de la commune. Dits de "nouvelle génération", longs de 700 mètres et installés du fond à la surface de l'eau, ils proposent la particularité de pas avoir de prise et ne capturent pas toutes sortes de poissons. La FFS a également tenu à demander aux pratiquants de respecter l’interdiction de surfer actuellement sur les plages de La Réunion. À lire aussi : Attaque de requin à La Réunion : "Les surfeurs font les frais de l’expérimentation" pour Jean-Luc Arassus (exclu).