Battle Of The Year France : Thomas Raymond, interview exclu de l'organisateur (partie 1)

Ecrit par

Thomas Raymond est en charge de l'organisation du Battle Of The Year France. Retrouvez la première partie de son interview exclusive sur meltyXtrem !

Alors que le Red Bull BC One a sacré Hong 10 samedi, en octobre se déroulait un événement similaire mais en groupe. En effet, le crew Fusion MC a remporté le Battle Of The Year international en Allemagne. Après une saison qui touche à sa fin pour le B-Boying mondial, meltyXtrem a posé quelques questions à Thomas Raymond, organisateur du BOTY France présent cette année dans les Arènes de Nîmes. Rapport au Red Bull BC One, place de la nation tricolore sur la scène planétaire, évolutions à apporter à la discipline, l'ancien breakeur répond à nos questions sans détours. Il aborde également un nouvel événement mis en place pour la première fois cette année, le Breakin’ World Series à Montpellier. À lire aussi : interview de Thomas Hergenröther, le fondateur du BOTY monde.

Thomas vous êtes l'organisateur du BOTY France et du nouvel événement hip hop le Breakin’ World Series. Quelle est la nouveauté imaginée pour ce dernier ?

Après trois ans d'organisation du BOTY International et 15 ans d'organisation du BOTY France, il nous a semblé intéressant de développer un nouveau concept de battle qui permet à la fois aux crews de rester ensemble pendant toute une semaine mais aussi d'intégrer l'un des éléments incontournables actuellement qu'est la vidéo.

Concrètement, est-ce facile de mettre en place une manifestation culturelle, de hip hop plus précisément ?

Nous avons la chance d'être soutenus par les collectivités locales comme la Ville de Montpellier, l'Agglomération de Montpellier et la Région Languedoc-Roussillon pour cet événement. Ce n'est pas encore au niveau de nos attentes ou de celles qui seraient nécessaires pour vraiment donner sa place à cette culture mais nous n'avons pas à nous plaindre. C'est un milieu où les personnes se connaissent toutes et où nos années d'expérience nous permettent d'être en contact avec les meilleurs crews mondiaux. Le format que nous avons proposé a parlé aux danseurs qui ont tout de suite adhéré.

Le BOTY international est retourné en Allemagne après trois ans passés à Montpellier, pourquoi cette décision ?

La décision a été prise en accord avec nos partenaires allemands de faire en sorte que l'événement reparte outre-Rhin pour les années 2013 et 2014. L'objectif lors de la venue de l'événement à Montpellier était que tous les deux, trois ans, le BOTY international change de ville. Nous déciderons en janvier 2014 si l'événement revient à Montpellier ou s'il s'en va vers une nouvelle destination.

Quelles sont les grandes différences entre le BOTY et le Red Bull BC One ?

Le BC One est un battle individuel alors que le BOTY se fait en crew. Chose qui a son importance puisqu'à la base les crews ont porté la culture hip hop. Le développement de battles individuels n'est pas pour nous un objectif car nous voulons continuer à ce que cette culture vive et ne devienne pas un sport ou un concours d'acrobaties.

Y-a-t-il une certaine concurrence entre les deux ?

Nous travaillons en collaboration même si nos objectifs ne sont pas les mêmes.

La France fait partie des plus grandes nations du B-Boying mondial. Pour quelles raisons selon vous ?

La France est une force vive du fait que les pionniers français ont réinterprété les codes amenés par les Américains en leur donnant une nouvelle direction. Également grâce aux collectivités qui ont beaucoup soutenu le développement d'activités socioculturelles faisant intervenir la culture hip hop.

La suite de l'interview demain sur meltyXtrem !

Battle Of The Year France : Thomas Raymond, interview exclu de l'organisateur (partie 1)
Battle Of The Year France : Thomas Raymond, interview exclu de l'organisateur (partie 1)