Ces spots de surf du bout du monde

Ecrit par

Hawaii, Tahiti, l’Australie… Le surf a ses spots de prédilection, mais ceux qui se cachent sont encore plus précieux. meltyXtrem a sélectionné les 10 vagues les plus rares (mascarets d’Alaska ou d’Amazonie) et les plus éloignées (Samoa, Micronésie, Patagonie). Des rêves pour surfeurs, entre aventure et ride du bout du monde.

Partir de France et se rendre en Micronésie pour un surf trip de l’autre côté de la planète est souvent un rêve qu’il faut payer au prix fort, dans tous les sens du terme. Sans parler du coût des billets d’avions et des trois ou quatre escales qu’il vous faudra encaisser, c’est une question de patience (entre deux et trois jours de voyage) pour arriver sur l’archipel perdu au milieu de l’Océan Pacifique. Ce type de spot façonne l’imaginaire des surfeurs, entretient le désir d’aventure et d'exploration. " Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d'un trait jusqu'au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager ", disait Walt Disney. Pour faire de votre rêve de surftrip une réalité, meltyXtrem vous aide à passer la première étape, celle de choisir son spot. Embarquez avec nous à travers la Thaïlande, le Japon, la Mauritanie, le Canada, l’Argentine ou les Samoa. Voici notre sélection des lieux les plus improbables et les plus éloignés pour surfer. Le plus dur sera de choisir…

Ces spots de surf du bout du monde

Coconuts / îles Samoa

31 heures d’avion depuis Paris, deux escales et entre 1 500 et 10 000 euros (selon la compagnie). Oui, c’est un périple si vous souhaitez aller surfer aux îles Samoa, mais le jeu en vaut la chandelle pour les bons surfeurs à qui l’on conseille la droite de Coconuts située au sud de l’île d’Upolu (l'une des deux principales îles de l'archipel). Cette vague épaisse qui casse sur un reef que l’on devine à travers l’eau transparente, est un pur bonheur, accessible à la rame depuis le Coconuts Resort (comptez 20 minutes tout de même pour vous y rendre depuis la plage si vous n'y allez pas en jet ski) et les différents hébergements situés sur cette partie sud de l’île.

Koh Lanta / Thaïlande

Non, on ne vous invite pas à vous poser devant TF1, mais à découvrir un spot thaïlandais, situé sur l’île de Koh Lanta (où ont donc été tournées plusieurs saisons de l’émission). La plage de Klong Dao, au nord de l’île, est un spot idéal pour les débutants et surfeurs intermédiaires. Active entre avril et novembre, en particulier en juin et juillet, ce beach-break est loin d’être pris d’assaut par les surfeurs et la tranquillité qui règne sur place est très appréciée. Des gauches comme des droites à foison, sur lesquelles vous pourrez progresser à votre aise, tout en appréciant les conditions peu changeantes. A noter qu’il est également possible de profiter à proximité de Klong Dao de sublimes spots de plongée comme ceux de Hin Muang et Hin Daeng.

Bira Reef / Japon

Le Japon n’est peut-être pas réputé pour ses spots de surf, mais le pays insulaire possède un nombre impressionnant d’îles (6 852) et un territoire maritime énorme de 4,5 millions de km2 (soit douze fois sa superficie terrestre). Forcément, on trouve donc largement de quoi faire pour le surf, notamment lorsque les spots profitent des grosses houles de typhons. Ici, direction l’île d’Amami-Ōshima dans l'archipel Nansei à environ 300 km du Japon sur la vague de Bira Reef. " C’est un slab qui forme un pic triangulaire sur une dalle, explique Hiroto Arai, surfeur pro japonais qui évolue sur le circuit qualificatif (QS) et classe le spot en première position des meilleurs lieus pour surfer au Japon. C’est un enchaînement take-off/tube très intense. C’est la vague japonaise qui se rapproche le plus de Pipeline. " Pour vous faire une idée de ce que vous pouvez retrouver sur cette île (peu touristique et peuplée de 70 000 habitants), voici ci-dessous une vidéo tournée sur le spot de Tebiro Beach.

P-Pass / Micronésie

Même le nom de ce minuscule État du Pacifique ne dit peut-être rien à certains d’entre vous. Et pour cause, c’est un des endroits les plus inaccessibles de la planète. Plantée au cœur de l’Océan Pacifique, la Micronésie se positionne à la 185ème place des plus petits pays de la planète par sa superficie et à la 180ème par sa population. S’y rendre est un véritable périple comme l’expliquait en 2012 Anastasia Ashley, de retour d’un surf trip de quatre jours dans l’archipel. L'Américaine s'était notamment rendue sur le spot de P-Pass à Pohnpei, réputé pour sa grosse droite qui offre de sublimes tubes. " Ce n’est certainement pas le spot de surf le plus accessible confirme l’Américain. J’ai mis plus de 30 heures pour y arriver depuis Hawaii. Je n’avais jamais fait un voyage aussi long pour une mission si courte, un trip de quatre jours seulement, juste le temps qu’il faut pour attraper le swell prévu. P-Pass marche généralement très bien entre septembre et avril, c’était donc le moment ou jamais de m’y rendre cette saison. Un jour, la houle offrait des conditions solides avec des vagues de six à huit pieds. J’ai probablement pris là mes meilleures vagues et barrels de ma vie. Et je ne crois pas avoir pris autant de barrels en une seule et même journée ! J’ai surfé environ huit heures d’affilée. " Et ce n’est pas Mick Fanning, de passage sur le spot en 2013, qui dira le contraire comme on le constate dans la vidéo ci-dessous.

Pacifica from Paul Daniel on Vimeo.

The boat failed / Mauritanie

Trouver un nom au lieu n’a pas été difficile (un bateau s'est échoué sur la plage il y a plusieurs années)… Bienvenue en Mauritanie sur "The boat failed", un des nombreux spots de surf que l'on trouve sur l’immense côte de ce pays d'Afrique (700 km le long de l’Atlantique). C’est entre novembre et février que les conditions y sont les meilleures. Il faut un certain niveau pour affronter les vagues mauritaniennes notamment sur les spots de "The warf" et "Doctors of the dune", qui comme "The boat failed", sont toutes des beach break situées près de Nouakchott, la capitale du pays. Évidemment, c’est le calme plat au niveau de l’affluence. Les plus chanceux auront même l’occasion de croiser des dauphins, qui apparaissent fréquemment dans cette zone. Malheureusement, les voyages en Mauritanie ne sont peut-être pas les plus judicieux en ce moment. Le pays possède une frontière avec le Mali, sujets à de nombreux troubles ces dernières années (intervention militaire française, terrorisme…) et le gouvernement déconseille " sauf raison impérative " toute la côte mauritanienne. Des consignes qui n’ont pas empêché le Basque Kepa Acero de s’y rendre lors de son périple sur la côte ouest africaine (voir vidéo ci-dessous).

Terre de Feu / Argentine et Chili

Kepa Acero n’est pas seulement allé découvrir les spots reculés de la côte ouest africaine. Le Basque aventurier s’est aussi rendu à l’extrême sud de l’Argentine et du Chili, sur la Terre de feu et ses 200 km de côte. Un archipel situé à la confluence des Océans Atlantique à l'est et Pacifique à l'ouest et séparé de la Patagonie par le Détroit de Magellan. Le point le plus méridional de la Terre de Feu étant le mythique Cap Horn. Ci-dessous, Kepa tombe sur une gauche parfaite qui n’a pas dû souvent voir une planche de surf… " Il y a déjà eu des surfeurs ici, explique cependant le Basque, mais je suis certain que personne n’est allé aussi au sud pour surfer ce spot. De ce que je pouvais en voir de Google Earth et certaines prévisions météo et de houle, cela était très prometteur, alors je devais forcément aller découvrir cet endroit ! "

Joe’s Point / Oman

Surfer au Moyen-Orient. L’idée pourrait paraître incongrue à certains, mais comme souvent, de nombreux spots méritent largement d’y emmener une planche. Si ceux d’Israël ont déjà une petite réputation comme celui de Kontiki Beach où Maud Le Car s’est imposée cette année lors du Seat Pro Netanya, on imagine moins pousser jusqu’à Oman, au sud de la péninsule d'Arabie pour y trouver de longues droites. Et pourtant, cette monarchie indépendante en regorge, à l’image de celle de Joe’s Point, la plus réputée du pays. Située près de la ville de Sour, Joe’s Point est une vague pour débutants comme pour les surfeurs expérimentés, qui s’étale sur une belle longueur (jusqu’à 40 secondes). Si la température de l’eau à 25°C est un plus, celle de l’air est à surveiller, pouvant atteindre 45 °C. Il faut quatre heures en voiture (une bonne partie sur la route et la fin dans le désert) pour se rendre de Mascate la capitale du pays à Joe’s Point. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez tenter de découvrir de nouveaux spots, notamment près des criques rocheuses, innombrables le long des côtes d’Oman.

Tofino / Canada

Si l’île de Vancouver est réputée pour accueillir quelques-unes des plus belles descente VTT du Canada (à l’image de Dylan Sheffer ridant du gros au guidon de son Banshee), c’est également un spot idéal pour le surf. Alors que vous êtes dans l’eau, les montagnes enneigées balaient le décor en arrière-plan. Le village de Tofino (1 800 habitants) offre la possibilité de surfer pour tous les niveaux (les spots sont très nombreux dans les environs). Seule obligation, venir avec une bonne combinaison et savoir composer avec le temps (il pleut beaucoup dans cette région du Canada). Sur place, pas de problème de logement, de location de planches… Le lieu est habitué à recevoir les surfeurs et a même accueilli deux fois le O'Neill Cold Water Classic (en 2009 et 2010, voir vidéo ci-dessous). Si vous restez plus longtemps au Canada, on vous conseille également les îles Haida Gwaii, au nord de de la Colombie-Britannique.

Turnagain Arm / Alaska

Encore plus froid que Tofino, direction cette fois l’Alaska et le fjord de Turnagain Arm près de la ville d’Anchorage. A première vue, la côte semble la plus plate possible mais un mascaret (brusque surélévation de l'eau d'un fleuve ou d'un estuaire provoquée par l'onde de la marée montante lors des grandes marées) permet aux surfeurs et notamment aux SUPers de profiter d’une vague ultra longue dans un décor sauvage. Si vous la prenez dès sa formation, il est ainsi possible de la surfer pendant 20 minutes ! La dernière apparition de ce mascaret a été capturée en mars dernier par Henry Bland (vidéo ci-dessous). 90 secondes de rêve… Outre ce mascaret, l’Alaska regorge de spots reculés sur ses 10 000 km de côte (mais il faut avoir le temps et la patience pour les trouver car la plupart ne sont pas répertoriés). C’est aussi là-bas que Mathieu Crépel et Damien Castera avaient emmené leur planche de surf et de snow pour le trip Odisea.

Pororoca / Brésil

Là aussi, c’est un mascaret mais le cadre est évidemment bien différent de celui de l’Alaska. L'ampleur de la vague y est encore plus dingue... Au cœur de l’Amazonie, Pororoca ("le grand grondement") est un mascaret qui remonte deux fois par an le cours du fleuve Amazone. Le légendaire Robby Naish, (qui était présent le mois dernier sur l'Indoor de France) est un de ceux qui a pu prendre cette vague, " la plus longue de toute ma vie " comme il l’expliquait après cette session mémorable que vous pouvez revoir en vidéo ci-dessous. " Je m’étais déjà rendu sur des mascarets en France et en Indonésie, mais être capable de surfer une même vague sur trois kilomètres est absolument dingue ". C’est là que le record de la vague la plus longue jamais surfée a été établi : 43 minutes passées sur la planche à surfer cette droite interminable… Mais avant d’imaginer casser ce record, il vous faudra éviter les nombreux débris flottants que charrie le mascaret, les serpents, les caïmans et évidemment avoir un hélicoptère à disposition dans le coin pour revenir à votre point de départ...