Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche

Ecrit par

Alors que les championnats de France de parachutisme 2013 se tiennent actuellement à l’aéroport de Vichy-Charmeil jusqu’au dimanche 11 août, Jean-Michel Poulet, Directeur Technique National, de la Fédération Française de Parachutisme évoque les temps forts de cette compétition.

Depuis ce jeudi et jusqu’à dimanche, 229 compétiteurs et 60 équipes ont rendez-vous à l’aéroport de Vichy-Charmeil pour les championnats de France de parachutisme. Une édition 2013 qui prévoit 4 000 sauts dans le ciel de l’Allier. Et l’on devrait pouvoir y admirer certains des membres de l’équipe de France qui ont brillé lors des championnats du monde de parachutisme l’année dernière. Au programme, plusieurs disciplines dont le voile contact, le free fly, le free style, la précision d’atterrissage ou encore le vol relatif. Jean-Michel Poulet, Directeur Technique National de la Fédération Française de Parachutisme a donné son avis sur cette 56ème édition.

PARACHUTISME - CHAMPIONNATS DE FRANCE VICHY... par ffparachutisme

Que représentent ces championnats de France de parachutisme ?

« Les Championnats de France sont la compétition de référence au niveau national. Un titre de champion de France possède une réelle valeur reconnue dans le monde du parachutisme où la France occupe une place à part en tant que nation la plus titrée depuis plusieurs années. Même si, dans certaines disciplines, les équipes de France ne sont pas présentes sur Vichy, car en préparation de compétitions internationales, le réservoir est important. Pour preuve ce maintien de première nation au monde depuis plusieurs années. »

Quel en est l’intérêt pour la Direction Technique Nationale ?

Il y a une mise en concurrence des clubs. Cela permet de connaitre « l’état de santé » du parachutisme en France. Quel est l’âge des compétiteurs, population vieillissante ou en renouvellement ?

Quel en est le niveau technique ?

C’est aussi l’occasion pour la DTN de rencontrer le plus grand nombre, la « base ». Du point de vue pédagogique, pouvoir expliquer les dispositifs de progression destinés à ceux qui veulent aller plus loin, jusqu’au haut de la pyramide. Promouvoir le dispositif de parcours d’excellence sportive, les pôles par discipline, les stages nationaux de détection pour assurer la relève, les pôles espoirs.

Le titre de champion de France peut-il conduire vers l’équipe de France ? C’est un peu plus compliqué. Pour les entraineurs nationaux, ces Championnats de France sont l’occasion d’observer les parachutistes en situation de compétition. Le comportement en groupe, la vie au sol, la gestion du stress, la perte de moyens ou la faculté à se transcender en compétition. La compétition reste l’évaluation première de la capacité à garder son niveau de vol ou le monter en situation de stress.

Les équipes de France sont-elles présentes ?

Les situations varient selon les disciplines. En Précision d’Atterrissage/Voltige, les membres de l’équipe de France sont intégrés dans leurs équipes de club respectif. En Vol Relatif et Disciplines artistiques, elle, ne sont pas présentes. Soit elles sont en entraînement pour les Championnats d’Europe, en Bosnie, la semaine prochaine, soit elles sont en reconstruction. C’est le cas pour le Freefly et le Freestyle où le titre sera plus disputé, la compétition ardue, avec peut-être des places à prendre en équipe de France pour les prochains mondiaux.

En Voile Contact, les membres des équipes de France sont répartis dans leur club, sauf pour le voile séquence à 2. Pour l’équipe A, en reconstruction, nous avons décidé de privilégier l’entrainement et le nombre de sauts. L’équipe B sera présente hors compétition avec pour objectif de faire un maximum de points, avec au moins une moyenne de 18 à 20 en fonction du tirage du type de saut.

En PA/voltige, toutes les équipes sont là, garçons et filles. Tous seront en préparation des championnats d’Europe de fin août en Russie à Tcheboksary.

Chez les filles, dans la continuité, avec Deborah Plat-Ferrand en chef de file, qui défendra son titre, nous avons une équipe solide, bâtie depuis 2 ans pour jouer les podiums. Chez les garçons, avec les départs des deux locomotives Philippe Valois et Ronan Hénaff, l’équipe est en reconstruction. Malgré tout, le podium reste un objectif. L’aérologie très influente sur les disciplines sous voile demeure cependant un impondérable. D’où l’importance de bien démarrer une compétition.

Et le canopy-piloting ?

La Fédération organisera à Castelneau-Magnoac, dans les Hautes-Pyrénées, sur le seul plan d’eau équipé de France, le premier championnat de France de Canopy-piloting qui a été reconnu sport de haut-niveau cette année. La Fédération a mis en œuvre tout un dispositif pour assurer en toute sécurité la formation des parachutistes candidats à cette discipline. Un brevet spécifique B5 a été créé et est exigé pour participer à toute compétition dans cette discipline. Un Brevet intermédiaire, Bi 5, permet de commencer à s’entrainer.

Cette pratique, qui connait un développement important, doit être bien encadrée car elle exige un déplacement à grande vitesse au ras du sol. Le noyau dur de l’équipe de France est formé de compétiteurs qui sont allés se former aux Etats-Unis. Il faudrait maintenant, la construction d’un autre site en France, ce qui demande un emplacement spécifique avec un bassin de 80 mètres de long, 30 de Large, 80 cm minimum de profondeur et avec un grand dégagement en entrée et en sortie qui pourrait être utilisé toute l’année.

Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche - photo
Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche - photo
Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche - photo
Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche - photo
Championnats de France de parachutisme 2013 : Vichy accueille 229 compétiteurs jusqu’à dimanche - photo