Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Ecrit par

Considéré comme le meilleur grimpeur de sa génération, Chris Sharma nous a accordé une interview dans laquelle il revient sur sa carrière, ses exploits et son film "La Dura Durat" qu'il présente au festival Montagne en Scène.

Chris Sharma a l'escalade dans le sang. Pratiquant cette discipline depuis ses 12 ans, le Californien a rapidement démontré un talent naturel exceptionnel. Deux ans après ses débuts, il remporte son premier titre national avant de terminer second de la coupe du monde à seulement 15 ans. Aujourd'hui âgé de 32 ans, Chris Sharma peut se targuer d'avoir dompté les falaises les plus extrêmes comme The Mandala (8b) en Californie ou la grotte de Majlis al Jinn (8b+) à Oman tout dernièrement. Ce grimpeur est aussi connu pour son approche spirituelle et philosophique de l'escalade utilisant des techniques de visualisation et de méditation avant chaque expédition. C'est à l'occasion de la présentation de son film " La Dura Dura " lors du festival Montagne en Scène qui se poursuit ce mardi soir au Grand Rex pour la deuxième journée de projection que nous lui avons posé quelques questions.

Plus d'actu sur Chris SharmaDave Graham : Vidéo d’escalade à Grampians en AustralieVidéo Red Bull d'escalade de la préparation de Glowacz et Sharma pour une ascension secrète!L’homme-Araignée escalade une tour de La Défense ! (vidéos)Kilian Jornet escalade Lyngen en GoPro

L'ascension de Chris Sharma et d'Adam Ondran sur La Dura Dura

Vous êtes surnommé par le grand public "l’escaladeur spirituel", êtes-vous d’accord qu'on vous surnomme ainsi ?

Je le suis mais je n’aime pas que l’on me mette dans une case. C’est vrai que la méditation fait partie intégrante de ma vie mais je ne veux pas qu’on me dise que c’est une image que je me donne. Je fais juste en sorte d’être en phase avec moi-même et d'être le plus authentique possible !

Cela vient de votre éducation ? Est-il vrai que vous avez grandi dans un ashram en pleine montagne (ermitage en un lieu isolé) ?

Effectivement, mes parents sont passionnés de méditation. Ils ont aussi suivi des cours de Baba Hari Dass, célèbre moine indien silencieux qui a la particularité de ne s’exprimer que par écrit. Quand ils se sont mariés, ils ont pris le nom de Sharma qui veut dire "bonne fortune" en indien. J’ai aussi fait ma scolarité dans le Mount Madonna Center, une école nichée dans les montagnes de Santa Cruz, en Californie, ce qui a aussi fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Vous êtes l’un des meilleurs escaladeurs de votre génération, comment gérez-vous ce statut ?

Je n’y pense pas ! Que ce soit avant une compétition ou une ascension en solo, je fais juste le vide et ne pense qu’à la falaise et à comment je vais l’escalader ! Je ne suis pas un compétiteur dans l’âme. Cela ne m’intéresse pas du tout d’être connu, je veux juste à partager ma passion au plus grand nombre !

Quel est votre parcours professionnel dans le monde de l’escalade ?

Je suis un autodidacte, je n'ai jamais eu d'entraîneurs car l'escalade est avant tout un moyen d'être libre et de se retrouver avec soi-même. J’ai gagné mon premier championnat américain à 14 ans puis j’ai été sacré champion du monde l’année suivante.Je me suis ensuite gravement blessé au genou à 17 ans. Ce fut un mal pour un bien car ça m’a permis de me rendre encore plus fort mentalement. J’en ai aussi profité pour faire un tour de France avec Tommy Caldwell, un ami grimpeur, qui m’a donné le virus du voyage et du partage.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Comment avez-vous réussi à revenir après cette longue période sans escalader ?

Après deux longues années de repos forcé, j’ai tout fait pour me remettre sur pied et retrouver mon niveau. À 19 ans, j’ai rencontré Christian Griffith (grand escaladeur américain des années 80) qui m’a entraîné pour l’ascension de la falaise Realization à Céüse, près de Gap. Après avoir eu beaucoup de difficultés à revenir au plus haut niveau, j’ai longuement hésité sur mon avenir mais je savais qu’il me restait beaucoup de choses à faire donc le fait d’être devenu le premier à gravir Realization (9a+) m’a conforté dans mon choix de continuer. Après cette expérience, j’ai passé beaucoup de temps au Japon, seul, pour y faire le pèlerinage de Shikoku durant lequel j’ai marché 1 000 kilomètres avec comme seul compagnon, la nature. J’en ai aussi profité pour aller dans des centres de méditation en Thaïlande et en Inde. J’ai un réel besoin de me retrouver avec moi-même. Maintenant je me concentre sur ma carrière sportive en faisant le tour du monde des meilleurs spots. J'essaye surtout de passer le plus de temps aux côtés de ma famille en Catalogne.

Vous avez un style très particulier basé sur le dynamisme de vos mouvements et sur votre souplesse, comment l'avez vous travaillé?

Comme je vous l'ai expliqué, j'ai appris tout seul à faire de l'escalade, je ne fais pas attention à mon style, je ne fais qu'écouter mon corps. A force de répéter les mêmes mouvements et d'enchaîner les falaises, tu trouves des automatismes qui font que tu te corriges au fur et à mesure pour ne plus laisser la place au hasard.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Vous êtes ici pour présenter votre ascension de "La dura dura" datant de mars 2013 que vous avez réalisée sur la falaise catalane d'Olian aux côtés du Tchèque Adam Ondran, qu’en retenez-vous ?

Que du bon, c’est très dur de rester motivé lorsqu'on travaille sur un même projet depuis si longtemps. Pas par manque de motivation mais cette falaise était devenue mon pire cauchemar à me résister ainsi. Après avoir vu Adam y venir à bout, je me suis dit qu’il était aussi possible pour moi de le faire. Je me suis donc acharné et j’ai réussi à enchaîner la voie au bout de dix longues semaines. J’ai ainsi pu me concentrer sur les autres projets qui m’attendaient.

C'est vous-même qui avez construit cette ligne n'est-ce pas ?

Effectivement, c'est une ligne que je connais depuis six ans mais elle me semblait vraiment trop dur à gravir, d'où son nom ! On a donc travaillé main dans la main avec Adam pour y parvenir, ce qui nous a pris beaucoup de temps. Ce fut un très bon travail d'équipe qui nous a permis de repousser nos limites personnelles.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Vous revenez d'Oman où vous avez réalisé l’expédition " Into the light " avec Stefan Glowacz, qu’avez-vous retenu de cette ascension souterraine ?

C’était une expérience toute nouvelle pour moi qui n’avais jamais escaladé une grotte. Le fait d’être aux côtés de Stefan Glowacz m’a beaucoup aidé. On a formé une super équipe ensemble en se complétant parfaitement. Suite à la blessure à la main de Stefan, j’ai dû défier les parois les plus difficiles en solo, mais c’était vraiment un super défi qu’on a réalisé en deux semaines après des mois de préparation. Nous avons beaucoup appris sur chacun de nous, je retiens surtout de lui son professionnalisme et sa capacité à prendre des décisions toujours très réfléchies en un minimum de temps.

Chris Sharma et Stefan Glowacz dans la grotte Majlis al Jinn

Est-ce que vous pensez que ce projet fut le plus dur que vous ayez réalisé?

Ce fut effectivement une des ascensions les plus difficiles de ma carrière, en attendant la prochaine ! Car il y a beaucoup d’attentes de la part des gens qui souhaitent que je fasse encore des expéditions encore plus dures mais ce n’est pas vraiment comme ça que ça marche. Je ne choisis pas mes routes en fonction de leurs difficultés mais du plaisir qu’elles vont me donner. L’escalade n’est pas un sport comme les autres, c’est un véritable style de vie.

Vous avez commencé l’escalade à 12 ans, vous avez maintenant 32 ans, à quoi attribuez-vous votre longévité ?

Avant tout à la passion que j’ai pour l’escalade et le plaisir que j'éprouve à grimper. Le jour où je n’aurai plus ce plaisir, j’arrêterai. Le plus important en escalade est de renouveler ta motivation pour progresser, non seulement en difficulté mais aussi en découvrant de nouvelles voies, de nouvelles lignes. Il faut juste écouter son cœur et sa motivation sans se mettre de pressions tout en travaillant dur et en s'investissant au maximum.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu)

Avez-vous un spot de prédilection ?

Les points stratégiques de l’escalade déménagent constamment donc c'est difficile d'avoir un spot favori. Avant, les meilleurs étaient situés dans le sud de la France, près de Gap, mais maintenant c’est en Espagne, à Majorque ou chez moi en Catalogne que je trouve les plus belles lignes. Des endroits comme Siruana, Margalef ou Oliana m’inspirent beaucoup. Sinon, la Californie reste un fabuleux spot, je vais d’ailleurs y retourner dans une semaine pour un nouveau projet !

Avez-vous un message à faire passer aux jeunes grimpeurs ?

Qu’ils grimpent depuis plusieurs années ou qu’ils soient novices en la matière, il faut juste qu’ils prennent du plaisir à escalader. Je veux les encourager à préférer la qualité des voies à la quantité mais surtout à apprécier ce moment si privilégié. En tout cas, c'est ma vision des choses, si tu aimes ce que tu fais, tu dois t'y donner à fond. L'escalade est un véritable style de vie, il n'y a pas de bonnes ou mauvaises façon de s'entraîner, il faut juste prendre du plaisir.

Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu) - photo
Chris Sharma : " L'escalade est un véritable style de vie " (interview exclu) - photo