Damien Rosso : "Kilian Jornet a un style et une foulée parfaits", interview du photographe de trail (1)

Ecrit par

Kilian Jornet, François d’Haene, Emelie Forsberg, Julien Chorier, Rickey Gates… Le photographe Damien Rosso a immortalisé les plus grands de la discipline sur les différents trails du globe. Dans le cadre de la sortie de son Photobook pour le magazine Nature Trail, meltyXtrem l’a interviewé sur les spécificités se son métier de photographe. Première partie.

Damien Rosso fait partie des photographes qui n’hésitent pas à suivre les meilleurs spécialistes de trail de la planète pour nous ramener des clichés hors du temps, au cœur des montagnes. Invité par le magazine Nature Trail à sélectionner ses meilleurs photos dans le cadre d’un hors-série, il nous révèle l’envers du décor de l’image et évoque pour nous les spécificités de son métier. Son photobook, disponible en kiosque actuellement et sur son site internet à cette adresse (9,90 euros) présente près de 200 images de trail, de Kilian Jornet à François d’Haene, en passant par Núria Picas, Emelie Forsberg, Julien Chorier, Rickey Gates ou encore Philipp Reiter. Présent cette semaine à San Francisco pour couvrir la course The North Face 50 miles, il nous expliqué plus en détail ce projet et plus généralement son rôle de photographe sur les trails de planète. Première partie de l'interview. A lire aussi : Sébastien Montaz : "Kilian Jornet a choisi de se tourner vers les sommets" (interview exclu).

Damien Rosso : "Kilian Jornet a un style et une foulée parfaits", interview du photographe de trail (1)

Comment est né ce numéro spécial photos ?

C’est un projet que j’avais en tête depuis trois ans et je n’ai jamais trouvé d’éditeur pour le réaliser. Au mois d’août, Samuel Goutebelle, rédacteur en chef de Nature Trail et dirigeant de Turbulences Presse à Clermont Ferrand, me contacte pour me proposer ce projet. Je lui dis banco. Turbulence Presse a lancé le magazine de trail Nature Trail en début d’année 2014 avec lequel j’ai collaboré sur les premiers numéros.

Vous êtes photographe spécialisé pour la discipline du trail, comment en êtes-vous arrivé jusqu'ici ?

A la base je viens du VTT, un milieu dans lequel j’ai travaillé depuis l’âge de 18 ans par passion pour ce sport. J’ai ensuite bossé dans ce milieu à divers niveau (commercial, vendeur en magasin) puis en 2009, l’idée de voler de mes propres ailes a commencé à surgir. C’est en 2011 que j’ai rencontré le Team manager du Team International Salomon, Greg Vollet. J’ai alors commencé à collaborer avec les athlètes. Je les ai suivis sur de nombreuses courses en France et à l’étranger depuis quatre ans.

Vous avez rencontré bon nombre de traileurs pour ce numéro spécial, lequel vous a le plus impressionné ?

Oui effectivement, j’ai rencontré beaucoup de traileurs de niveau international et beaucoup d’amateurs également. Je ne dirais pas qu’il y en a un qui m’a plus impressionnée qu’un autre. Par contre, dans la globalité, ils me scotchent tous. Parcourir autant de kilomètres avec une paire de chaussures et un short… C’est incroyable. Chaque athlète est différent et ils m’impressionnent tous. Kilian Jornet a vraiment un style et une foulée parfaite, c’est agréable à shooter. François D’Haene, Anna Frost, Emelie Forsberg, Rickey Gates, Julien Chorier, et tous les autres ont tous des styles différents et sont tous très photogéniques. Les sensations et l’esprit se rapprochent fortement de l’esprit originel du VTT.

Le trail est de plus en plus médiatisé et devient même un sport de masse, l’attitude des traileurs a-t-elle changé au fil des années ? Sont-ils toujours aussi accessibles qu’avant ?

Le trail est devenu en quelques années un sport de masse effectivement, même si la course à pied a toujours été un sport grandement pratiqué. Les gens ont aujourd’hui besoin de sortir de leur train-train quotidien et de s’évader dans la nature. Ils veulent sortir du stress des villes pour découvrir autre chose. Cependant l’attitude des traiteurs n’a pas changé outre mesure, l’ambiance y est toujours agréable, et bon enfant. L’accessibilité des coureurs est assez facile et ils sont surtout très ouverts et très à l’écoute. Nous ne sommes pas dans un sport à forte médiatisation tel que le foot ou le cyclisme où les sollicitations des athlètes y sont plus fortes.

Damien Rosso : "Kilian Jornet a un style et une foulée parfaits", interview du photographe de trail (1)

Avez-vous en tête une photo dans ce numéro spécial que vous appréciez particulièrement pour l’histoire qu’il y a derrière ?

Il y a énormément de photos avec des anecdotes dans ce numéro spécial. Mais certainement celle qui est une de mes préférées et celle qui a été réalisée en 2011 sur l’un de mes premiers shootings avec Kilian Jornet en Vallée D’Aoste (photo ci-dessus). Dans cette vallée il y a une falaise avec environ 200 m de vide. Il courait sur cette falaise où le haut était très abrupt, mais pas vertical non plus, avec une aisance incroyable et ce vide derrière lui. Ca m’avait beaucoup impressionné !

Comment prendre la photo parfaite ? Comment vous placez-vous sur un parcours pour avoir les meilleurs clichés ?

La photo parfaite est rare surtout en course où il y a de nombreux aléas, en commençant par la météo. Mais pour ma part, j’aime travailler avec de belles lumières, et pour cela il faut souvent se lever très tôt ou se coucher très tard. L’hiver ça va, car le lever et le coucher ne sont pas très tôt. Mais l’été c’est différent (rires). Ensuite il faut repérer les endroits que je souhaite couvrir, en fonction de ce que je veux montrer. Souvent le paysage est prépondérant dans le choix des lieux. Et ensuite, l’œil et l’émotion que j’ai envie de transmettre doivent faire leur travail. Mais globalement, de nombreux paramètres existent pour réaliser une photo parfaite, et le photographe n’est pas seul décisionnaire de la photo parfaite. Pour ma part, trois grands paramètres entre en jeu : le photographe, la lumière et le sujet. Si ces trois paramètres ne sont pas réunis, il est plus difficile d'obtenir LA photo.

Ce numéro spécial reprend un grand nombre de trails internationaux, en reste-t-il un que vous n’avez pas encore couvert et sur lequel vous aimeriez vous rendre ?

Oui effectivement j’ai passé beaucoup de temps à voyager, à marcher avec un sac de 15 kg sur le dos, à rester éveiller pour suivre une course ou traiter les photos… Nouvelle Zélande, Etats Unis, Afrique du Sud, Suisse, Italie, Malaisie ont fait partie de mes destinations et sont retranscrites dans ce numéro spécial. Cependant quelques courses comme la Hardrock 100 Miles aux Etats Unis, la Western States, La Diagonale des Fous, sont des trails sur lesquels j’aimerais pouvoir me déplacer dans les prochaines années. Les couses aux US ont souvent une identité très forte avec une belle histoire et c’est très intéressant de découvrir ça. Elles sont également plus confidentielles. Deuxième partie de l'interview : Damien Rosso : "Un trail, c'est se trimbaler 15 kg de matériel pendant 30 h" Interview du photographe.