Easkey Britton, la première femme à surfer en Iran (vidéo)

Ecrit par

Easkey Britton est une illustre inconnue dans le monde du surf. Mais en étant partie surfer en Iran, elle est peut-être bien devenue la surfeuse la plus importante du monde. Explications sur meltyXtrem.

Le palmarès d'Easkey Britton est quasiment vierge. On y retrouve 5 titres de championne d'Irlande, un pays pas franchement renommé pour sa culture surf, et une nomination au XXL Big Wave Awards en 2011. Autant dire qu'à côté de l'Australienne Stephanie Gilmore, qui est en passe de devenir championne du monde pour la 6e fois, Easkey Britton ne représente absolument rien dans le monde du surf. Mais voilà, à travers son projet " Waves of Freedom ", l'Irlandaise est partie transmettre son savoir à de jeunes Iraniennes, dans l'une des régions les plus pauvres de leur pays. En Iran, où la position de la femme est toujours compliquée, le symbole est d'autant plus fort. " Je connaissais très peu de choses sur l'Iran " reconnaît la jeune Irlandaise dans une interview accordée à Mpora, " mais, dans un sens, ne rien savoir signifiait que je passais outre beaucoup d'idées préconçues sur ce pays et que j'étais plus ouverte à l'inattendu " poursuit-elle.

Plus d'actu sur SurfQuiksilver Pro France 2014 : Top 20 photos de la compétition de surf à Hossegor (exclu)Quiksilver Pro France 2014 : Bourez, Fanning et Justine Dupont surfent du gros barrel au lendemain de la compétitionJordy Smith en session surf dans "Welcome to California" (vidéo)Zero to 100 : Film de Bethany Hamilton, la surfeuse unibrassiste, sur Kickstarter (vidéo teaser)

Easkey Britton, la première femme à surfer en Iran (vidéo)

En guise d'inattendu, Easkey Britton a rencontré " l'incroyable générosité et le sens de l'humour " du peuple iranien, malgré son regret de ne pas parler farsi. Qui dit culture différente dit problématiques différentes. Parmi celles-ci, l'obligation pour les femmes d'être entièrement couvertes lorsqu'elles font du surf. Un problème auquel Britton a trouvé une solution simple : " le surf a été si bien accepté en grande partie parce que je portais le voile dès la première fois. Etre ouvert d'esprit, ça veut aussi dire accepter une vision conservatrice même si la mienne est plus libérale ". Surtout, l'Irlandaise voulait éviter que les femmes iraniennes ne soient interdites de surf. Résultat, certains des meilleurs surfeurs sont aujourd'hui des femmes, et ce sont elles qui apprennent désormais aux hommes l'art de la glisse. Le phénomène continue d'ailleurs à se propager depuis le départ d'Easkey Britton, sur un plan national et même international grâce à la page Instagram de cette toute nouvelle communauté. " C'est impossible d'expliquer ce que cela représente sur un plan personnel et émotionnel pour moi " conclut-elle, " j'ai le sentiment que mon coeur et mon âme ont été balayés, que je ne serai plus jamais aussi touchée que maintenant ". Une belle leçon... A lire également : Jérémy Flores en session surf avec Derek Rabelo, le surfeur aveugle (vidéo)

Easkey Britton, la première femme à surfer en Iran (vidéo) - photo
Easkey Britton, la première femme à surfer en Iran (vidéo) - photo