European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)

Ecrit par

Sam Estève est un rider prometteur dans l’univers du windsurf freestyle. A 17 ans, il aborde sereinement l’European Freestyle Expression 2014, sa première compétition européenne. meltyXtrem l’a rencontré sur place.

Sam Estève a beau n’avoir que 17 ans, il possède déjà une belle sérénité et un gros talent en windsurf. Le petit gars de Ste-Marie-La-Mer (Pyrénées-Orientales) a découvert la glisse à Barcarès, sur le bien-nommé spot d’Eole. Depuis six ans, Sam se consacre à la discipline freestyle, et s’est lancé en 2013 dans ses premières compétitions. Ce jeudi 30 octobre à Six-Fours-Les-Plages, une nouvelle étape de sa carrière s’est ouverte à lui avec l’European Freestyle Expression 2014, son premier rendez-vous européen. Même si les caprices du vent ne lui ont pas encore permis de s’exprimer (hormis en tow-in, vendredi), Sam Estève est bien décidé à marcher sur les traces de ses compatriotes Adrien Bosson, Nico Akgazciyan, Antony Ruenes ou encore Julien Mas. meltyXtrem est à Six-Fours et vous propose l’interview exclu de Sam Estève, nouveau membre de la melty Talents House. A lire également : European Freestyle Expression 2014 : Nico Akgazciyan veut "faire le show" à Six-Fours-les-Plages (interview exclu).

Sam, que représente l’European Freestyle Expression pour toi ?

Il s’agit de ma première compétition européenne, je voulais évaluer mon niveau et voir où j’en suis. C’est la deuxième fois que je viens à Six-Fours, après le WindMeet du Brusc. Je n’ai en fait jamais navigué ici car il n’y avait pas d’air au Brusc. Il y a une belle organisation sur cet évènement, ça fait plaisir !

T’es-tu senti à l’aise en windsurf tracté, vendredi ?

Le tow-in fait un peu peur, cela n’est pas du tout semblable à la planche où l’on avance avec le vent. Là, c’est un jet-ski qui te tracte, tu ne gère pas ta vitesse et le vent vient de face… Cela peut être dangereux, il y a d’ailleurs beaucoup de riders qui se blessent en tow-in. Je n’en ai fait que trois-quatre fois sur les compètes, je ne m’entraîne pas du tout pour cela.

European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)

Que ressent-tu justement en pratiquant le windsurf freestyle ?

Les sensations sont extras, plus le vent est fort, plus on monte haut. En ce moment, je travaille un move, le Air Skopu. J’aime bien cette figure, je cherche actuellement à le poser parfaitement. J’essaie de travailler chaque move l’un après l’autre, pour les maîtriser dans toutes les conditions de vent.

Mesures-tu le chemin parcouru depuis tes premières compétitions freestyle, en 2013 ?

Oui, j’ai le sentiment d’avoir énormément progressé en 2013-2014. Je ne sais pas si c’est dû au changement de matos, à mon âge, au fait que j’ai grandi de 10 centimètres… J’ai pu disputer deux épreuves Windmeet à Leucate et à Monteynard, mais aussi la Sosh Freestyle Cup et le Défi Wind 2014. Il y avait une super ambiance à Gruissan, avec de grosses conditions de vent. C’était vraiment impressionnant de voir 1 000 planches sur l’eau, le Défi est vraiment une compète à faire.

Comment s’organisent tes entraînements ?

Je n’ai pas de coach, mais de temps en temps, s’il n’y a pas de vent, je vais courir et faire des marches dans la montagne. Il y a peu de temps, Nico Akgazciyan habitait à Leucate et je pouvais donc rider avec lui. Il y a beaucoup de windsurfeurs qui descendent près de chez moi car nous avons du vent, je peux donc toujours naviguer avec d’autres freestyleurs.

European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)

Tu côtoies à Six-Fours de nombreux riders PWA, quelle est ta relation avec eux ?

Je connaissais déjà tous les Français : Nico Akgazciyan, Julien Mas, Romain Pinocheau, Adrien Bosson… Je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec Steven Van Broeckhoven (champion EFE 2013 et vice-champion du monde PWA freestyle 2014,ndlr). Cela viendra, d’autant que nous courons pour la même marque, JP Pryde.

Tu comptes te lancer en PWA l’année prochaine, qu’est ce qui t’a motivé ?

Mon objectif est de progresser au maximum, d’aller voir ce qui se fait sur le circuit international et ailleurs. C’est comme cela qu’on progresse, pas en restant dans son coin à naviguer seul. Je veux déjà essayer de participer, l’année prochaine, à la PWA de Fuerteventura. Les frais d’inscription et de déplacements sont assez onéreux, ce projet est désormais possible grâce à la melty Talents House ! J’espère ensuite intéresser d’autres sponsors.

Quel est ton programme pour l’intersaison ?

J’ai prévu de m’entraîner chez moi, je suis en première et j’aurai donc des cours jusqu’à fin juillet. Je ne peux pas partir vers des destinations chaudes, heureusement je vis dans une superbe région pour progresser en windsurf ! J’aimerais obtenir l’an prochain de meilleurs classements, ce serait génial.

European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)

.

European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)
European Freestyle Expression 2014 : Sam Estève vit sa "première compétition européenne" (interview exclu)
Source : EFE/Open Ocean Media/Jean Souville/Sam Esteve