Hurley Pro 2015 : Kelly Slater pour le titre, Jérémy Flores pour le doublé ?

Ecrit par

Le Hurley Pro 2015, huitième étape du World Tour, débute ce mercredi à Trestles, en Californie. Alors que la course au titre bat son plein, meltyXtrem vous propose un tour d'horizon des favoris.

Le favori : Kelly Slater. Certes, Kelly Slater ne réalise pas la meilleure saison de sa carrière. Certes, l'Américain ne s'est plus imposé sur le World Tour depuis le Billabong Pipe Masters 2013. Certes encore, le poids des années (43 ans) semble commencer à se faire sentir pour la légende vivante du surf. Mais voilà, à Trestles, le boss, c'est Kelly Slater. King Kelly s'y est imposé à six reprises lors des dix dernières éditions (2005, 2007, 2008, 2010, 2011 et 2012). Autre motif d'espoir : le Floridien semble de retour en forme depuis la mi-saison. Une demi-finale à J-Bay, un quart de finale à Teahupoo (perdu face à Jérémy Flores, futur vainqueur) et Kelly Slater est de retour dans la course à une douzième couronne mondiale. De très loin le surfeur le plus expérimenté du plateau, il sera peut-être moins sensible à la pression que les jeunes Julian Wilson et Filipe Toledo ou que l'inexpérimenté (à ce niveau du classement général) Owen Wright. Il doit faire un gros résultat à Trestles, il le sait, le monde du surf le sait. Reste donc à voir si Kelly Slater est capable d'ajouter une ligne à l'histoire de sa légende.

Hurley Pro 2015 : Kelly Slater pour le titre, Jérémy Flores pour le doublé ?

Les outsiders : Filipe Toledo et Gabriel Medina. Alors qu'il semblait partir tout droit vers son premier titre mondial en début d'année, Filipe Toledo marque le pas depuis la mi-saison. Impérial sur les vagues où son surf aérien peut s'exprimer, le Brésilien a confirmé ses immenses difficultés dans les barrels de Fidji et Teahupoo. Visiblement tétanisé à Tahiti lors de son round 5 face à Italo Ferreira, il n'avait même pas scoré le moindre point et avait quitté la compétition par la petite porte. Seulement voilà, Filipe Toledo va retrouver à Trestles des conditions qu'il adore et dans lesquelles il semblait intouchable il y a quelques mois. Saura-t-il gérer la pression liée à la course au titre ? Sa série du round 1 face à Adrian Buchan et Brett Simpson, loin d'être les concurrents les plus dangereux du circuit, devrait apporter une première réponse dès mercredi. Et puis il y a Gabriel Medina. Devenu en 2014 le premier Brésilien champion du monde de surf mais aussi le plus jeune champion du monde depuis Kelly Slater (20 ans), il a visiblement eu du mal à digérer tout cela en début de saison, lui qui n'a franchi le round 3 qu'à une reprise sur les cinq premiers contests. Mais voilà, à l'image de Kelly Slater, Gabriel Medina semble lui aussi avoir retrouvé son surf ces derniers mois. Quart de finaliste à J-Bay, finaliste à Teahupoo, le Brésilien a faim de victoire en cette fin de saison. Et s'il peut venir jouer les trouble-fêtes, il ne s'en privera certainement pas.

Hurley Pro 2015 : Kelly Slater pour le titre, Jérémy Flores pour le doublé ?

Les Français : Jérémy Flores et Michel Bourez. Il y a quelques jours à peine, Jérémy Flores marquait l'histoire du surf français en remportant le Billabong Pro Tahiti 2015, sa deuxième victoire sur le World Tour après le Billabong Pipe Masters en 2010. Etincelant dans les barrels de Teahupoo, le Tricolore s'était même permis le luxe de faire chuter quatre des cinq anciens champions du monde en activité : Joel Parkinson, Kelly Slater, CJ Hobgood et Gabriel Medina. Seul Mick Fanning avait échappé à l'inarrêtable Jezza. Résultat, le Français s'est hissé à la septième place mondiale et si les surfeurs qui le devancent au classement général continuent à perdre autant de points en route... qui sait ? Seulement voilà, à Trestles, Jérémy Flores va retrouver un contest sur lequel il n'a pas brillé depuis... 2008, une éternité. Clairement, le Français tient depuis quelques mois la forme de sa vie. Reste à voir si après avoir surpris à Tahiti, il peut confirmer en Californie. Pour Michel Bourez, cette saison 2015 est d'ores et déjà à oublier. Alors qu'il souhaitait en début d'année lutter pour le titre mondial, le Tahitien pointe à l'heure actuelle à une inquiétante 25e place au classement général. Absent de deux étapes suite à un gros wipeout à Teahupoo, sa présence dans l'élite du surf mondial l'an prochain n'est à ce jour pas garantie (seuls les 22 premiers sont automatiquement qualifiés pour la saison suivante). Opposé mercredi au round 1 à Adriano de Souza, leader du général, et à Ian Crane, titulaire d'une wild-card, il aura déjà un beau défi à relever.

Hurley Pro 2015 : Kelly Slater pour le titre, Jérémy Flores pour le doublé ?

Les autres : Difficile de placer Adriano de Souza et Mick Fanning parmi "les autres" puisqu'ils sont les deux premiers du classement général à l'heure actuelle. Et pourtant... Le Brésilien reste sur trois éliminations au round 3 lors des quatre derniers contests et l'Australien n'a pas semblé totalement remis de sa terrible attaque de requin en finale du J-Bay Open 2015 lors du Billabong Pro Tahiti 2015. Résultat, le classement général semble à l'heure actuelle plutôt trompeur. Si certains comme Gabriel Medina, Kelly Slater ou Jérémy Flores sont sur la pente ascendante, d'autres comme Adriano de Souza et Mick Fanning semblent, eux, plutôt en phase descendante. Parmi "les autres", il faudra aussi compter avec le toujours spectaculaire John John Florence. Petit génie du surf mondial, successeur annoncé de Kelly Slater depuis plusieurs années, l'Hawaïen figurait en début de saison parmi les favoris au titre mondial. Malheureusement, rien ne s'est bien goupillé. Blessé et absent de deux étapes il était très attendu à Teahupoo. Mais il a eu le malheur de croiser la route de Gabriel Medina dès le round 3 et de devoir rendre les armes au terme de la plus belle série, et de loin, de l'année. Revanchard, John John Florence pourrait se rappeler au bon souvenir de ses adversaires à Trestles. À noter que le tenant du titre, Jordy Smith, toujours blessé, a dû déclarer forfait, tout comme le rookie australien Matt Banting.