Iouri Podladtchikov : ''Le titre olympique t'enlève une part de liberté !''

Ecrit par

Une question est omniprésente lorsqu’il s’agit d’un récent champion olympique : le titre change-t-il la vie ? La réponse avec Iouri Podladtchikov qui revient sur son sacre en snowboard halfpipe à Sochi en février.

Après un titre olympique, on continue forcément sa carrière avec un nouveau statut sur les épaules. Le rider suisse Iouri Podladtchikov a décroché lors des derniers Jeux Olympiques à Sochi la médaille d’or dans la discipline snowboard halfpipe. Le champion a confié à la rédaction de 20 Minutes quelques aspects négatifs d’une telle consécration : '' Il y a une part de liberté que l’on te retire quasi instantanément, et qu’on ne récupère pas avant très longtemps. Les responsabilités sont aussi plus lourdes vis-à-vis du public et des jeunes, mais c’est normal ''. En revanche, l’athlète ne s’arrête pas sur ces pensées et a pris l’excellente initiative de s’inscrire à l’université. Un choix qui le motive à aller de l’avant, là où les gens le voient autrement qu’à travers le snowboard.

Iouri Podladtchikov s'empare de la médaille d'or aux JO de Sochi en snowboard halfpipe

Iouri Podladtchikov : ''Le titre olympique t'enlève une part de liberté !''

'' À Vancouver, quand je suis tombé, j'ai immédiatement pensé à Sochi. Je savais ce que j'allais faire durant quatre ans. Après mon titre olympique, j'ai eu envie de voir plus loin. J'ai donc dû trouver quelque chose de nouveau, un challenge qui me force à rester concentré, à ne rien prendre à la légère. M'inscrire à l'université a été la meilleure décision que j'aie prise ces derniers temps. C'est une aération magnifique pour l'esprit. J'y rencontre des gens qui ne me voient pas seulement comme un champion olympique. C'est extrêmement motivant. '' Enfin, l’athlète s’est aussi fixé des objectifs sportifs comme les Mondiaux de Kreischberg en Autriche ou les prochains X Games à Aspen aux États-Unis. À lire aussi : Quiksilver, vidéo du snowboardeur Iouri Podladtchikov en halfpipe.

Source : 20 minutes