Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)

Ecrit par

Jérôme Guillemin a récemment parcouru la France métropolitaine à la rencontre des différents acteurs du kitesurf, en ambassadeur du nouveau Kite Camp Martinique. Ce passionné de glisse nous raconte sa belle aventure humaine !

Du 10 octobre au 26 novembre 2014, Jérôme Guillemin a sillonné la France du kitesurf pour présenter le Kite Camp Martinique, spot de kite situé sur la plage de Pointe Faula. Un lieu mis en lumière grâce au FISE Academy Caraïbes Kite Challenge et au documentaire de France Ô "José Garcia défie les champions", diffusé le 29 juin dernier. Devenu ambassadeur du Kite Camp, Jérôme Guillemin a donc entamé un vrai Tour de France à la rencontre des acteurs du kitesurf et du windsurf, grâce à une voiture, des flyers, sa bonne humeur, un smartphone et... Google Maps ! Le Martiniquais a pu s'entretenir avec des légendes de la glisse et a également testé de nombreux spots. meltyXtrem a interviewé Jérôme Guillemin sur cette aventure inédite ! A lire également : Christophe Ballois : "Je pilote le kitesurf d'une seule main" (interview exclu)

Jérôme, comment as-tu préparé ce Tour de France du kitesurf ?

Je suis parti d'une carte Google Maps, sur laquelle j'ai listé les spots, les magasins, et les associations. Au fur et à mesure de mes rencontres, ma carte s'est alimentée des infos données par mes contacts sur place, et j'ai pu avancer de cette façon le long des côtes de France.

Tu as parcouru près de 8 000 kilomètres en moins de deux mois, quelles régions as-tu traversé et combien de professionnels du kite as-tu rencontré ?

J'ai effectivement parcouru 7 196 km en six semaines, et j'ai pu rencontrer près d'une centaine de professionnels du kite et du windsurf. Principalement des magasins, mais aussi des écoles et des tours opérateurs.

La communauté kite était-elle vite réceptive à ta démarche ?

Oui, apparemment c'était une démarche originale ... et je crois qu'ils ont apprécié l'idée qu'on vienne de si loin à leur rencontre, plutôt que d'envoyer l'habituel e-mail !

Comment s’organisaient tes journées ?

C'était un rythme assez soutenu, dans le sens où je ne savais pas à quoi m'attendre. Donc réveil très matinal chaque jour, et planning déjà programmé la veille au soir, en terme de distance à couvrir et de contacts à prendre. Malgré ces déplacements et rendez-vous, je tâchais de rester flexible pour apprécier les lieux, les paysages, les moments...

Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)
Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)

As-tu pu kiter sur les côtes françaises durant ton roadtrip ?

En fait je ne suis pas parti équipé, et j'ai finalement pratiqué d'autres activités en route. J'ai pu surfer sur la côte sauvage de Quiberon (merci à ATS Surf Shop de Plouharnel pour les conseils), et aussi à la Piste à Capbreton. J’ai navigué en planche chez Erik Thiémé et Pascal Boulanger à l'Almanarre, à Hyères ... Une super équipe !

Si tu devais décrire le paysage du kitesurf en France, que dirais-tu ?

On kite partout et en toute saison, l'activité semble continuer à bien se développer selon les professionnels que j'ai pu rencontrer. Le kitesurf est accessible à tous : j'ai rencontré d'anciens planchistes qui sont devenus kiteurs, il y a aussi des groupes de filles (kiteforgirls par exemple), et des tours opérateurs spécialisés apparaissent régulièrement. On voyage plus facilement avec du matériel de kite que de windsurf, et il est possible de trouver de bons deals à partir des grandes villes françaises pour s'échapper vers d'autres destinations.

Pratique-t-on de la même façon le kitesurf en France et en Martinique, ou y-a-t-il quelques différences ?

Il y a des différences de pratiques, dues au climat et aux conditions météo. J'ai vu des kiteurs naviguer à Saint Malo et à Gruissan avec 30/35 nœuds dans de l'eau froide. Naviguer en Bretagne ou même en Méditerranée demande plus d'engagement que naviguer dans de l'eau chaude avec les alizés. C'est vraiment autre chose ! On voit beaucoup d'ailes de petites tailles dans les magasins, les sessions sont plus intenses et moins longues. Chez nous, en Martinique, c'est rare d'avoir du vent au-delà de 25/30 nœuds, avec une moyenne de 17 à 18 nœuds pendant l'hiver. Evidemment, pas besoin de combi pour naviguer, peut être un top en néoprène de 2 mm, mais pas tellement plus. En Martinique, la meilleure période pour kiter va de fin novembre jusqu'à mars/avril, avec toutefois la possibilité de naviguer le reste de l'année.

Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu gardes de ton aventure ?

J'ai rencontré beaucoup de gens, traversé pas mal de régions, entendu des accents différents. J'ai vraiment été agréablement surpris par l'accueil qui m'a été réservé. J'ai aimé rencontrer des gens comme Stan Sobczyk, ex-recordman de vitesse en planche à voile dans les années 80, devenu aujourd’hui kiteur. Il avait bien connu Arnaud De Rosnay (windsurfeur français disparu le 24 novembre 1984 en Mer de Chine, ndlr) et tous les pionniers de cette époque. Je garde également un grand souvenir de mes échanges avec Erik Thiémé, autre windsurfeur incontournable des années 80.

Si tu devais retenir un spot parmi tous ceux que tu as traversé ou testé…

La plage de la Madrague sur la presqu'île de Giens en face de l'Almanarre, et les falaises blanches en arrière-plan... La Torche à deux pas de Loctudy, terre de légendes ! La plage de Sangatte (Pas de Calais), avec un grand ciel bleu et des conditions pas trop brutales le jour de ma venue... Le Golfe du Morbihan avec ses paysages de carte postale... Ce serait dur de ne retenir qu'un endroit, j’ai découvert une grande diversité de paysages, de conditions, de pratiques.

Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)
Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)

Quel est, à tes yeux, le meilleur spot de l’île de la Martinique pour pratiquer le kitesurf, et pourquoi ?

La Pointe Faula à la particularité d'offrir de bonnes conditions de navigation tout au long de l'année. Situé sur la côte sud-Atlantique de la Martinique, le spot de la Pointe Faula permet de naviguer avec toutes les orientations de vent Est/Nord/Est pendant l'hiver et plutôt Est/Sud/Est pendant l'été. On a ici une zone de flat qui permet de naviguer à fleur d'eau mais aussi la possibilité de naviguer plus au large et de surfer quelques vagues de brisants. Il est important, cependant, de respecter le chenal et la zone des 300 mètres afin de ne pas se retrouver à naviguer dans la zone de baignade. A partir de la Pointe Faula, il est possible d'organiser des sorties en downwind vers les plages plus au sud du Cap Macré et de l'Anse Michel, vers les Ilets du François et la Baignoire de Joséphine ou encore vers le spot du Cap Est. Il y une grande diversité de pratique ici à la Pointe Faula, et surtout des petites roulottes et des restaurants de plages sympas pour se restaurer entre deux navigations !

La venue du FISE en Martinique, sous le parrainage de José Garcia, a-t-elle boosté la pratique du kitesurf sur l’île ?

Probablement, en tout cas ce film de 52' réalisé par Puzzle Media a largement contribué à faire connaître la destination. De nombreux kiteurs que j'ai pu rencontrer avaient vu le film ''José Garcia défie les champions'', et savaient ou se trouvait la Pointe Faula : au Vauclin à la Martinique.

Jérôme Guillemin : "J'ai préparé mon Tour de France du kitesurf grâce à Google Maps" (interview exclu)

Tu es un passionné de sports nautiques, combien de disciplines as-tu déjà testé ?

Je nage dès que je peux, j'aime surfer et naviguer en planche ou me balader en stand up paddle. Je suis aussi plongeur et j'apprécie de faire découvrir l'activité à des débutants, ou un site à des plongeurs de passage. A la Martinique on peut pratiquer toutes ces activités tout au long de l'année, on peut trouver tous types de conditions que ce soit pour les débutants ou plus avancés. Ici on a un petit peu de tout : du vent, des vagues, des mangroves, une forêt tropicale... et surtout beaucoup de Martiniquaises et de Martiniquais qui sauront vous accueillir et vous faire découvrir leur île. A bientôt !

Source : Kite Camp Martinique