Joffrey Pollet-Villard : "Mon record va peut-être en motiver certains"

Ecrit par

Joffrey Pollet-Villard détient depuis quelques jours le record du monde de hauteur en ski halfpipe. Le rider de La Clusaz a volé à 8m de hauteur ! Il revient pour nous sur ce challenge qu’il avait en tête depuis quelques temps et qui pourrait motiver d'autre riders à en faire de même.

La semaine dernière, meltyXtrem revenait sur le record du monde de hauteur en ski halfpipe réalisé par Joffrey Pollet-Villard. Le Français devra encore attendre quelques jours avant d’avoir la confirmation par le Guinness Book qu’il a bien jumpé au-dessus des 7m58 détenus par l'Américain Peter Olenick depuis 2010. A l’occasion de la présentation de la dernière Action Cam de Sony (Joffrey fait partie de la team des ambassadeurs de cette caméra embarquée), le rider de La Clusaz est revenu pour nous sur ce record qui pose la cerise sur le gâteau d’une année marquée notamment par son titre de vice-champion du monde de ski halfpipe décroché fin janvier à Kreischberg en Autriche.

" Ce projet (du record du monde que vous pouvez revoir en vidéo ci-dessus), je l’avais depuis un bout de temps dans la tête. Depuis Oslo en fait (championnats du monde de ski freestyle en mars 2013). Mes sponsors étaient aussi motivés pour que je le fasse. Pourtant cette année, j’avais pas mal de craintes par rapport à mon genou car c’est la deuxième fois que je me faisais les croisés. Je n’étais pas parti pour faire le record en 2015, et finalement, je me suis rendu compte que le genou allait bien donc je l’ai tenté. On a organisé ça assez rapidement il y a un mois et j’ai pu le décrocher. Sur la hauteur, je pense que c’était facile d’atteindre les 8m car je l’avais déjà fait plusieurs fois en compétition. Mais il n’y avait rien d’officiel et il fallait que ça se matérialise concrètement lors d’une tentative.

Joffrey Pollet-Villard : "Mon record va peut-être en motiver certains"

Le vendredi, quand j’ai tenté pour la première fois d’aller très haut, c’était difficile car on avait des problèmes d’élan. On est en mars, la neige chauffe. On a essayé l’après-midi, mais c’était compliqué. J’arrivais à la hauteur du record, mais je ne parvenais pas à faire ce que je voulais vraiment. Au niveau de l’élan d’ailleurs, je me demandais si c’était une bonne idée de le faire en mars, mais finalement, c’est passé. Sur la mesure officielle, je ne me fais pas trop de soucis. Normalement, ça devrait arriver d’ici quelques jours. Après, je sais évidemment qu’il y a d’autres riders sur le circuit qui peuvent faire aussi bien. TorinYater-Wallace par exemple qui montre très haut. Ça va motiver peut-être certains de tenter d’aller encore plus haut que moi.

Joffrey Pollet-Villard : "Mon record va peut-être en motiver certains"

C’est un record donc symbolique, mais la hauteur compte vraiment en compétition. Je sais que sur certains de mes runs cette année, si je n’avais pas eu la hauteur que je peux envoyer parfois, je ne serais pas allé en finale. Par exemple au SFR Freestyle Tour où je loupe un grab, je ne passe pas. Face au double que certains riders ont dans leur panel de figure, je dois vraiment aller chercher haut dans mes figures pour passer en finale.Outre le record, je suis content de mon année notamment avec le titre de vice-champion du monde.Même si tout le monde n’était pas là, c’est toujours bon à prendre. J’ai réussi à revenir d’un genou, à reconstruire un run… Aujourd’hui, je suis déjà dans la préparation de mon run pour l’année prochaine. "