Justin Becret : A 14 ans, le jeune espoir du surf français "rêve du circuit pro" (interview exclu)

Ecrit par

A 14 ans, Justin Becret est l'un des jeunes espoirs du surf français et possible successeur de Jérémy Flores et Michel Bourez dans l'élite. Tout juste de retour de Pipeline, meltyXtrem est parti à sa rencontre pour faire le point sur son quotidien et son futur plus ou moins proche.

Justin Becret a 14 ans, il surfe depuis quelques années et est déjà considéré comme l'un des grands espoirs du surf français. Engagé cette saison sur le circuit des Pro Junior, où il affronte des adversaires bien plus âgés que lui, le jeune Tricolore pointe déjà à une prometteuse sixième place européenne après une cinquième place à Caparica, au Portugal, et une neuvième place à Biscarosse. Ambassadeur de la marque Reef, il a eu l'opportunité de partir cet hiver à Hawaii et de surfer l'un des spots les plus mythiques de la planète, Pipeline, ou a lieu chaque année la compétition la plus attendue de la saison. Tout en évoluant au passage aux côtés des meilleurs surfeurs de la planète comme Kelly Slater ou Adriano de Souza. Pour meltyXtrem, Justin Becret revient sur cette expérience hors du commun ainsi que sur son quotidien entre école et surf et ses rêves de World Tour.

Justin Becret : A 14 ans, le jeune espoir du surf français "rêve du circuit pro" (interview exclu)

Salut Justin ! A quel âge et comment as-tu commencé le surf ?

J’ai commencé le surf à 10 ans. Mes parents sont professeurs de surf mais au début je n’aimais pas ça du tout. J’allais dans l’eau mais le surf ne m’attirait pas vraiment. Et à 10 ans j’ai eu le déclic. Je me suis mis debout sur un bodyboard et mon père m’a mis sur une planche. Et là ça m’a plu.

Comment s’organise ton quotidien aujourd’hui entre l’école et le surf ?

Je vais au collège à Capbreton et je surfe en sortant du collège. J’ai des horaires aménagés pour aller surfer le mardi et le vendredi. Et à côté de ça j’ai aussi des entraînements physiques. En moyenne j’arrive à surfer à peu près 24 heures par semaine.

Tu es considéré comme un des jeunes espoirs du surf français, comment vois-tu ton avenir ? Quel serait ton rêve ?

J’aimerais bien intégrer le circuit professionnel. Je sais qu’il va falloir beaucoup travailler pour ça et que la route est longue. Je rêve aussi de trips à travers le monde en freesurf mais à un moment donné il faut passer par la compétition pour pouvoir après faire du freesurf.

Justement sur le circuit professionnel tu as une idole aujourd’hui ?

J’en ai plusieurs oui. Chez les Français j’aime beaucoup Jérémy Flores et Joan Duru. Et sur un plan plus international je suis plutôt admirateur de Jordy Smith.

Tu as eu l’occasion de faire un trip à Hawaii cet hiver et notamment de surfer le mythique spot de Pipeline. Quelles ont été tes impressions ?

C’est super impressionnant de surfer avec autant de très bons surfeurs autour de soi. Ils ne font vraiment aucun cadeau, il faut se faire sa place et forcément à mon âge, c’est difficile. Mais à la fin quand tu as une bonne vague, c’est incroyable. Pipeline est devenu l’un de mes spots préférés avec Les Casernes à Seignosse et Teahupoo à Tahiti.

Justin Becret : A 14 ans, le jeune espoir du surf français "rêve du circuit pro" (interview exclu)

Comment fais-tu justement quand tu es un jeune surfeur français de 14 ans et que tu veux prendre une vague à Teahupoo ou Pipeline ?

Le plus impressionnant c’est clairement Pipeline en raison du monde qu’il y a. C’est vraiment difficile de surfer là-bas. Quand les locaux rament sur une vague, tu n’essayes même pas de batailler, tu les laisses partir. En tout cas moi je n’ai pas osé.

Quels vont être tes objectifs dans les mois qui viennent ?

Je n’ai pas encore de trip de prévu mais je vais essayer de faire du mieux possible sur le circuit des Pro Juniors et aux Championnats de France en novembre. Le problème c’est qu’en faisant les Pro Junior je rate toutes les étapes qualificatives pour les Championnats de France donc ce n’est même pas sûr que je puisse les faire. Je vais devoir faire des choix, soit les compétitions fédérales soit aller au plus près de mon objectif final c’est à dire le haut niveau et les compétitions internationales. Si on m’invite aux Championnats de France j’irai mais si je ne peux pas aller aux compétitions parce que ça se chevauche avec les Pro Juniors, je choisirai les Pro Juniors pour aller vers l’excellence. A lire aussi : Ces spots de surf du bout du monde.