Justin Leov : "J’ai compris tout de suite que mon épaule était déboîtée"

Ecrit par

Si Justin Leov a mené cette saison le classement des Enduro World Series 2015, ce ne sera pas encore cette année que le Néo-Zélandais remportera le général. Victime d’une blessure à l’épaule lors de l’étape de Whistler, il a déjà terminé sa saison. Il revient ici sur cette ultime étape pour lui et cette grosse désilusion.

Après une étape des Enduro World Series marquée par la mort du rider Will Olson sur l’épreuve de Crested Butte, le sport reprenait ses droits une semaine plus tard à Whistler pour la sixième étape de cette coupe du monde enduro. Et si Justin Leov arrivait en leader du classement général, le Néo-Zélandais repartait malheureusement en sixième position... Victime d’une chute, il a déjà dit adieu au reste de la saison et devrait donc logiquement descendre encore plus au classement. Le rider Trek était pourtant clairement en position de remporter le général cette année... Mais ce dernier cherche à voir le côté positif des choses comme il l’explique dans son journal : " Assis sur le canapé avec mon bras en écharpe n’est pas vraiment la conclusion que je m’étais imaginé pour la manche canadienne de l’EWS. Il ne fallut que deux minutes et un passage mal négocié sur un pont en bois pour réduire à néant toute une saison. J’ai compris tout de suite lorsque j’ai heurté le sol que mon épaule était déboîtée. Il me fallut 45 minutes de marche pour redescendre au village, et je dois dire que j’ai rarement ressentie une telle douleur dans toute ma vie. Après ça, pouvoir finalement rejoindre l’hôpital, remettre l’épaule en place, et me faire administrer des antidouleurs fut pour moi une vraie délivrance ! Merci à ceux qui m’ont aidé dans cette épreuve.

Justin Leov : "J’ai compris tout de suite que mon épaule était déboîtée"

Malheureusement j’ai aussi une fracture, synonyme d’intervention chirurgicale et de trois à six mois de convalescence. Je dois donc renoncer aux prochaines courses de la saison. Les blessures sont quelque chose que l’on ne programme jamais, même si l’on sait qu’elles peuvent survenir à tout instant. Celle-ci m’affecte particulièrement parce que j’avais à cœur de défendre ma place de leader au classement général EWS 2015. C’est un moment difficile mais je veux regarder les choses de façon positive. Ce fut jusque là une super saison pour moi, avec, en point d’orgue, ma victoire en Écosse bien-sur. Constater que j’étais performant à chaque course, sur tout type de terrain, dans toutes les conditions climatiques, m’a donné une grande confiance et cela va m’aider énormément à me préparer pour l’an prochain pour revenir encore plus fort. Et j’en aurais besoin ! Le niveau est de plus en plus élevé et chaque course permet de découvrir de nouveaux pilotes super talentueux. Greg Callaghan en est un parfait exemple. L’atmosphère en Irlande était incroyable et j’ai eu la chance d’être sur la deuxième marche du podium lors de sa victoire. Richie Rude est un autre exemple de ces jeunes pilotes qui poussent très fort. Tout cela ne fait que rendre le sport plus excitant et c’est tant mieux.

Justin Leov : "J’ai compris tout de suite que mon épaule était déboîtée"

Je dois dire aussi que l’étape précédente au Colorado a rappelé à nous tous combien la vie est précieuse. Je n’ai jamais rencontré Will mais nous qui partageons la même passion que lui devons toujours garder à l’esprit que ce sport doit être avant tout fait de plaisir et de partage. Nous faisons partie d’une même famille ! Pour finir, je voudrais remercier tous ceux qui m’ont permis de partager mes émotions avec vous, week-end après week-end, au travers de mon journal. En particulier Adidas Eyewear pour avoir soutenu le projet et Théâtre des Opérations pour l’avoir produit et diffusé. Sans oublier ma femme Tory et mon manager Martin. Merci enfin à vous qui lisez ces lignes ! Le moment est maintenant venu de m’occuper sérieusement de cette épaule. Bonne fin de saison à tous et à l’an prochain pour de nouvelles aventures ! " A lire aussi : Nicolas Vouilloz : "Je n'ai plus 20 ans, je veux profiter" (exclu).