Justin Leov : "J’ai eu besoin de cinq mois pour pouvoir tenir solidement un guidon"

Ecrit par

Justin Leov sera de retour sur les Enduro World Series la semaine prochaine sur la première étape au Chili. Le rider Trek, blessé l’an dernier alors qu’il était en course pour la victoire au général nous raconte ces derniers mois passés à revenir au premier plan.

C’est à Whistler que l’accident est arrivé. "J’ai compris tout de suite que mon épaule était déboîtée" expliquait alors Justin Leov, rider des Enduro World Series et considéré comme un des favoris (à juste titre car il restait notamment sur une victoire en Ecosse et un podium en Irlande) pour la victoire au général. Résultat, Justin déclarait forfait pour les trois dernières épreuves de l’année et se classait au final 16ème sur cette saison 2016. Une intervention chirurgicale et six mois de réhabilitation plus tard, le voilà de retour. Il nous raconte son intersaison difficile, entièrement consacrée à récupérer tout son potentiel physique : " Salut tout le monde, J’espère que vous allez bien ! De mon côté, pas mal de changements depuis la publication du dernier épisode de mon journal l’été passé. 2015 fut une année en dents de scie pour moi, marquée par ma première victoire en EWS mais aussi par ma blessure à l’épaule qui mit fin à ma saison de façon prématurée. Dans mon malheur j’ai eu la chance de pouvoir être rapidement pris en charge par l’un des meilleurs chirurgiens orthopédistes de Nouvelle-Zélande. Il décida d’une intervention de type Laterjet, cette opération stabilisatrice permet de restaurer une bonne dynamique articulaire compatible avec la reprise des activités fonctionnelles dans de bonnes conditions et d’empêcher de futurs déboîtements.

Justin Leov : "J’ai eu besoin de cinq mois pour pouvoir tenir solidement un guidon"

Mon entraîneur, lui, me prépara un riche programme à base de marche, de vélo d’intérieur et de musculation. Le vélo d’intérieur avec un bras en bandoulière nécessite un petit temps d’adaptation mais tout vaut mieux que de rester inactif. Pour se reconstruire physiquement mais aussi et peut-être surtout pour ne pas sombrer moralement je trouve indispensable de maintenir un certain niveau d’activité, et le plus tôt possible après l’intervention chirurgicale. Il y eu des moments plus difficiles que d’autres pendant la convalescence, par exemple regarder les deux dernières manches des EWS devant mon ordinateur plutôt que d’y participer ! Mais je m’appliquais à suivre un plan précis, me fixant chaque jour de nouveaux petits objectifs. Au lendemain de l’intervention chirurgicale je marchais 500 mètres jusqu’à la plage avant de sentir les forces me manquer. À partir de là, chaque jour j’augmentais un peu la distance et au bout d’une semaine je pouvais marcher deux heures à bon rythme. Il ma fallut quand même pratiquement cinq mois pour revenir à un niveau de forme raisonnable et être capable de tenir solidement un guidon.

Justin Leov : "J’ai eu besoin de cinq mois pour pouvoir tenir solidement un guidon"

J’ai pu, depuis, passer à une phase de travail spécifique enduro et j’ai d’ailleurs participé à deux courses en Nouvelle Zélande, sans trop forcer. La saison sera longue, inutile de vouloir trop en faire trop vite, mon objectif est de construire sur le long terme pour être compétitif et régulier tout au long de l’année. Je serais soutenu en 2016 encore par Adidas Sport Eyewear. Un partenaire d’autant plus important pour moi qu’il est aussi à l’origine de la publication de ce journal, avec cette année l’aide de Canyon. La grande nouveauté en effet du coté de mes partenaires c’est bien-sur mon arrivée dans le team Canyon. L’opportunité de travailler dans une nouvelle structure, avec de grandes ambitions m’a séduit.

Justin Leov : "J’ai eu besoin de cinq mois pour pouvoir tenir solidement un guidon"

Après trois ans sur un 29 pouces, je dois m’habituer au 27,5. Le comportement du vélo est nettement plus ludique, et j’ai déjà pu, au cours des premiers tests, apprécier sa géométrie et sa capacité à descendre vite et bien ! La saison est maintenant sur le point de reprendre et les pièces du puzzle se mettent en place une à une. Entraînements intensifs, stage de préparation avec le team, sans oublier les impératifs de logistique familiale : Luca a maintenant une petite sœur. Annabella, est née en janvier. Comme l’an passé nous établirons notre base Européenne à Finale Ligure pendant une partie de la saison de façon à limiter les déplacements et à pouvoir passer plus de temps tous les quatre ensemble. Mon programme de voyages sera également allégé du fait que je n’aurai plus la double casquette pilote enduro/coach DH sur les manches de Coupe du Monde comme lors de ces deux dernières saisons, je me consacrerai exclusivement à mes courses. Rendez-vous donc très vite au Chili, je ne sais pas vous mais moi j’ai hâte de reprendre le chemin des Spéciales chronométrées ! Justin ". A lire aussi : Florian Nicolaï : Vidéo enduro dans les Alpes Maritimes pour Rocky Mountain.