Kelly Slater : "Quand vous regardez John John surfer…"

Ecrit par

Kelly Slater n’a plus remporté d’épreuve sur le World Tour depuis le Billabong Pipe Masters en 2013, mais la statistique est loin d’inquiéter l’Américain. Dans une interview à la WSL, l’homme aux 11 titres mondiaux évoque ses nouvelles aspirations, Teahupoo, John John Florence…

Qualifié pour le round 3 lors de la première journée du Billabong Pro Tahiti 2015, Kelly Slater a pu regarder tranquillement le deuxième jour de compétition sans sortir sa planche et se reposer après une arrivée tardive à Tahiti (son avion en provenance du Japon s’est posé la veille du début du contest). L’Américain en a profité pour passer sur le plateau de la WSL et évoquer quelques sujets brûlants et d'autres un peu moins. Entre le spot de Teahupoo sur lequel il a livré quelques batailles gigantesques l'année dernière face à Gabriel Medina et John John Florence, ses envies sur le tour et la nouvelle génération, Slater se raconte un peu plus à l'heure où la retraite du King n'est plus très loin de sonner... A lire aussi : Jérémy Flores : "Avec les compétitions, on peut perdre notre passion" (vidéo).

Teahupoo : " Ici, c’est toujours le même line up et le reef ne change évidemment pas. Il n’y a pas forcément besoin d’aller surfer sur le spot avant la compétition comme on a besoin de le faire sur d’autres endroits. Teahupoo propose relativement le même genre de vagues. Seul le vent change la taille des tubes. "

Kelly Slater : "Quand vous regardez John John surfer…"

Le danger à Teahupoo : " C’est un spot sur lequel on peut mourir. Il y a quelques années, un type est décédé là car la vague l’avait percuté au niveau de la nuque. Beaucoup de surfeurs pensent que Teahupoo est la vague la plus dangereuse du monde. Il y a toujours un grand nombre de blessures ici. Et il n’y a pas besoin que la vague soit énorme pour se faire mal… (Slater a par exemple subit un gros wipeout sur sa première série au cours de laquelle il a craint avoir perdu une dent, ndlr). "

L’édition légendaire de 2014 : " L’année dernière, c’était vraiment incroyable. Cette finale contre Medina… Et que dire de cette demi-finale contre John John. Toutes les vagues qui venaient à nous était énormes. Quand l’un prenait une bombe, l’autre suivait juste derrière avec une vague encore plus grosse. C’était un heat de rêve que de battre John John à Teahupoo. "

Kelly Slater : "Quand vous regardez John John surfer…"

John John : " Il est tellement bon ici à Teahupoo, tellement talentueux dans les tubes. Quand vous regardez John John en freesurf, qu’il y a beaucoup de monde avec lui dans l’eau, vous le voyez soudainement partir sur une vague et vous comprenez que c’est exactement à cet instant-là qu’il fallait la prendre. Il est toujours bien placé en particulier sur ce spot de Teahupoo et c’est extrêmement important pour prendre correctement ces gros tubes. Ce sont ces petits détails qui font la différence entre lui et les autres surfeurs. "

Sa motivation pour la compétition : " C'est certain, ce n’est pas aussi excitant que lorsque j’étais jeune. Je souffre un peu de la monotonie d’être sur le tour depuis autant d’années. Contrairement à certains surfeurs qui sont là depuis peu et qui veulent tout manger, avoir toujours le meilleur matériel possible, s’entraîner dur et arriver le plus tôt possible sur les contests, c’est différent pour moi maintenant d’autant que j’ai beaucoup gagné ces dernières années. Aujourd’hui, j’essaie de trouver une autre liberté. Je profite des bonnes conditions de surf quand il y en a. Je joue au golf entre deux épreuves, je veux profiter des gens que j’apprécie sur les différents endroits où je vais. "