Kilian Jornet : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse "

Ecrit par

Alors qu'il enchaîne les courses et les trails à une allure vertigineuse, Kilian Jornet s'est exprimé sur sa passion pour la montagne, où il passe la plupart de son temps. Extraits choisis d'un sportif hors normes, qui n'a d'égal que ses ambitions.

À 26 ans, Kilian Jornet est un extraterrestre du trail et du sport en général. Quatre fois nommé champion des Skyrunner World Series, le Catalan impressionne par sa capacité à enchaîner les courses… et à les remporter. Son dernier fait d'arme ? Avoir établi le record d'ascension du Mont McKinley (6 194 mètres), situé en Alaska, en l'espace de 11 heures et 40 minutes en juin dernier. Soit plus de cinq heures de moins que la précédente meilleure performance ! Pour expliquer sa capacité à repousser ses limites, Kilian Jornet a une explication : "Je suis né dans les montagnes, dans les Pyrénées. C'était mon jardin. Donc, quand je rentrais de l'école, ma sœur et moi partions courir dans la forêt et escalader les rochers, témoigne-t-il pour Sport Magazine. Durant nos vacances, nous faisions des randonnées en cross et des ascensions de sommets." De là à parler de passion génétique ? "Je suis sûr qu'il y a un caractère génétique à cela. La morphologie de chaque personne est différente et on doit ensuite s'adapter en choisissant un sport ou un autre, analyse-t-il. J'ai sûrement la morphologie pour pratiquer le sport que je pratique, mais cela vient également de ce qu'on m'a enseigné quand j'étais plus jeune."

Plus d'actu sur Kilian JornetHardrock 100 : Kilian Jornet vainqueur en un temps record (vidéo de son arrivée)Kilian Jornet et Emelie Forsberg créent leur propre SkyRace à Tromso en Norvège !Kilian Jornet : ''La Frontière invisible'', documentaire diffusé le 26 juillet sur France Ô à 22h50Kilian Jornet au départ de la Sierre-Zinal dimanche 10 août

Kilian Jornet : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse "

Lorsqu'on le questionne sur les plus grands défis qu'il a relevés, le Catalan semble ne pas se rendre compte de toute la portée de ses exploits sportifs : "Il n'y a rien d'extrême dans ce que je fais. Ce sont les conditions qui le sont. Quand je monte sur le Mont McKinley, il fait très froid et je traverse des tempêtes. Et quand je cours en Californie, c'est l'inverse, avec des températures de plus de 52 degrés. C'est ça qui est extrême." D'ailleurs, il avoue préférer le froid aux grosses chaleurs : "Quand il fait trop chaud, le corps souffre, j'ai plus de crampes, c'est plus délicat."

Kilian Jornet : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse "

Malgré les différentes situations dans lesquelles il s'est retrouvé, le traileur impressionne par son calme, sa manière de toujours donner l'impression qu'il maîtrise la situation : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse, d'être en total contrôle. Je sais où je pose mes pieds à chaque fois qu'ils touchent le sol. Si vous faîtes cela, en principe, la montagne n'est pas dangereuse." Et pour lui, tous les spots sont intéressants : "Je n'aime pas trop répéter les efforts aux mêmes endroits. Et je pense que la beauté de ce sport est de proposer une journée différente à chaque fois. Il y a tellement de points de vue à apprécier et de sommets à gravir. Une même montagne peut être différente s'il y a de la neige, s'il pleut ou si les conditions climatiques changent." Et il n'a pas peur d'annoncer un des plus grands défis qu'il lui reste à accomplir : "L'Everest !"

Kilian Jornet : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse "
Kilian Jornet : "J'essaie de ne jamais me retrouver dans une situation dangereuse "