Kilian Jornet : ''Le plus beau, c'est de voir la montagne avec des yeux qui brillent''

Ecrit par

Kilian Jornet a accordé une interview à La Dépêche dans laquelle il revient sur son voyage au Népal durant le séisme qui a touché la région en avril dernier.

Pour Noël, Kilian Jornet a passé la journée du 25 décembre sur l'aiguille du Chardonnet dans le massif du Mont-Blanc. Il y a notamment fait du ski de pente raide accompagné de son ami Vivian Bruchez. Dans une interview accordée récemment à La Dépêche, le traileur espagnol se confie sur son voyage au Népal, qu'il a effectué durant le terrible séisme d'avril 2015. Avec son projet ''Summits of my life'', il s'est associé à SOS Himalaya afin de récolter des fonds pour construire 116 maisons. Il revient sur cette expérience aux côtés des Népalais : ''Ce qui m'a le plus surpris, c'est qu'on arrivait dans des villages qui avaient tout perdu. Avec des victimes, des maisons détruites. Nous, on amenait de quoi manger et les gens insistaient pour qu'on reste manger avec eux, pour qu'on passe la nuit avec eux. Ils nous faisaient une place pour dormir sans rien attendre en retour. Et c'est une chose très impressionnant aujourd'hui, quand on vit dans un monde où on fait toujours des choses intéressées. Voir des gens qui offrent tout ce qu'ils ont sans rien attendre, c'est très fort.''

Kilian Jornet : ''Le plus beau, c'est de voir la montagne avec des yeux qui brillent''

Multiple recordman en trail, Kilian Jornet reste pourtant modeste : ''Je cours bien d'accord, je fais ça depuis tout jeune, je m'entraîne tous les jours, mais je ne sais pas construire une maison, je ne sais pas enseigner, je ne suis pas chirurgien. Vous savez, chacun fait son truc, chacun est bon dans une chose différente. Après, le sport, c'est mythifié de nos jours. Il paraît que les gens nous écoutent plus. Je cours plus vite que les autres mais c'est plus intéressant d'interviewer un professeur ou un philosophe qu'un sportif…'' D'ailleurs, quand on lui demande ''quel record il retient le plus'', il répond que ce n'est plus le passé qui l'intéresse : ''C'est celui de demain. C'est rêver, voir des choses, imaginer. Je pense que le passé c'est bien, parce que ça nous apprend des choses, ça nous donne des souvenirs, des bons moments à garder. Et ça nous donne aussi des leçons autant par les réussites que par les échecs. Mais le plus beau, c'est de rêver, de voir toujours la montagne avec des yeux qui brillent.''

Kilian Jornet : ''Le plus beau, c'est de voir la montagne avec des yeux qui brillent''

Très proche du monde qui l'entoure et de l'écologie en général, Kilian s'exprime également sur le phénomène de pollution qui touche notre planète : ''C'est dommage qu'on arrive à détruire la planète qu'on a, on en a qu'une. J'habite à Chamonix, c'est une des vallées les plus polluées de France. Quand on voit la fonte des glaciers avec en plus cette année une période extrêmement chaude, ça fait mal. Tu te dis, "qu'est ce qu'on est en train de faire". J'essaie de minimiser mon bilan carbone pour compenser tous mes voyages, j'essaie de manger des produits du jardin. On tend à penser à nous et à nos enfants mais on n'arrive pas à se projeter plus loin… Dans 100 ou 200 ans, comment sera le monde ? Je pense que si on arrivait à se projeter et à faire des petites actions, chacun, consciemment on pourrait faire bouger un peu les choses. Si chacun s'y met et si on met un peu de pression sur les marques, les constructeurs auto on devrait y arriver.'' Retrouvez l'interview en intégralité à cette adresse. À lire également : Kilian Jornet : Vidéo de sa course au championnat de France de vertical race avec Mathéo Jacquemoud.

Source : La Dépêche