Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn"

Ecrit par

Loïc Collomb-Patton était reparti de Chamonix début février avec une troisième victoire consécutive sur l’épreuve française, ainsi qu’un écrasement de disques… Avant Fieberbrunn ce week-end, on a pris des nouvelles du skieur de La Clusaz, 2ème du général du Freeride World Tour.

On l’avait laissé repartant dans un hélicoptère, allongé sur une civière le même jour il signait pourtant un triplé fabuleux sur l’étape de Chamonix du Freeride World Tour. Loïc Collomb-Patton restait le maître sur cette étape française et se replaçait parmi les prétendants au sacre mondial. Deuxième du classement général (395 points derrière le Canadien Logan Pehota qu’il a devancé en France) avant d’aborder la troisième épreuve ce week-end en Autriche sur une face de Fieberbrunn qu’il n’a jamais ridée, le skieur de La Clusaz nous a donné des nouvelles de son dos, tout en revenant évidemment sur son triplé chamoniard, le tournage du nouvel opus de "La Nuit de la Glisse", le Skiers Cup (qu’il a remportée cette année avec l’équipe européenne), et évidemment, son objectif de deuxième titre mondial (après celui acquis en 2014). A lire aussi : Freeride World Tour 2016 : Vidéos GoPro des runs vainqueurs à Chamonix.

Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn"
  • La blessure à Chamonix

J’ai eu mal une fois mon run terminé. Je ne pouvais plus marcher du tout. Aujourd’hui, j’ai même du mal à me dire précisément à quel moment c’est arrivé dans mon run. Je l’ai ressenti après et pas vraiment sur le coup. J’ai fait des examens, et on a vu que je m’étais écrasé des disques entre les vertèbres. Résultat, je n’ai pas skié pendant 15 jours. Aujourd’hui, c’est bon, je n’ai plus de douleurs, je suis prêt. J’ai skié tranquille pour le moment, donc on verra si j’ai retrouvé tous mes moyens en Autriche (dont la waiting period est prévue entre le 6 et le 11 mars, mais qui devrait être lancée ce dimanche).

  • Toujours roi en France

Cette troisième victoire à Chamonix, j’ai du mal à l’expliquer. C’est une histoire de feeling aussi. A chaque fois que j’arrive sur cette compétition, j’ai toujours fait des repérages parfaits, en trouvant une ligne rapidement. Ça me laisse le temps de l’étudier, de me concentrer là-dessus sans me questionner trop sur mon choix de ligne (retrouvez ci-dessous son run filmé en GoPro).

  • Première à Fieberbrunn ?

Je n’ai jamais ridé sur cette face autrichienne de Fieberbrunn donc j’espère que cette année, on va enfin pouvoir courir là-bas (les organisateurs peuvent changer de face en fonction des conditions météo), d’autant que je la trouve super intéressante. C’est une face très raide sur le sommet mais qui permet de bien s’amuser ensuite, sur une pente moins hard. Il y a plein de passages sur lesquels il est possible d’envoyer des figures, donc je devrais pouvoir y trouver mon bonheur. L’essentiel, comme sur toutes les épreuves, ce sera de se faire plaisir. Je ne me mets pas de pression particulière.

  • Objectif titre mondial mais pas seulement

C’est certain que j’ai en tête d’aller chercher un deuxième titre (après celui de 2014). Ça me ferait plaisir, même si aujourd’hui, j’ai plus d’occupations qu’en 2014, où je n’avais que ça à l'esprit. Cette saison, je n’ai pas que le Freeride World Tour. J’ai deux ou trois projets qui sont en train de se concrétiser donc ça me permet de voir autre chose.

  • La Nuit de la glisse

Pour la Nuit de la glisse, on est en plein tournage en ce moment. On "shoot" en France, en Suisse et on regarde pour la fin de saison où on pourrait aller. Ça fait plaisir d’y participer à nouveau après ma blessure de l’année dernière sur le tournage (il s’était cassé deux vertèbres et le sacrum). Pour le prochain opus, je devrais pouvoir proposer une bonne part’.

  • La Skiers Cup et son atmosphère unique

La Skiers Cup, c’est un peu particulier. C’est une compétition, mais dans l’idée, on ride tous ensemble avec des battles un contre un entre l’Europe et les Etats-Unis. On cherche à pousser le niveau en fonction des conditions, mais surtout à se faire plaisir. L’ambiance n’a rien à voir avec le Freeride World Tour, c’est plus tranquille, les riders sont plus détendus en général, on est moins dans un esprit de compétition, même s’il y a quand même un classement à la fin (l’Europe s’est imposée cette année notamment grâce à Loic qui avait remporté ses quatre duels).

Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn" - photo
Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn" - photo
Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn" - photo
Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn" - photo
Loïc Collomb-Patton : "Après mon écrasement de disques à Chamonix, je suis prêt pour Fieberbrunn" - photo