Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

Ecrit par

Snowboardeuse depuis l'âge de six ans, Lucile Lefevre a la glisse dans le sang et son palmarès a grandi avec elle. meltyXtrem vous offre l'interview exclusive de cette prometteuse rideuse slopestyle !

Le snowboard français regorge de jeunes talents, au grand bonheur des clubs et de l'équipe nationale. À 18 ans, Lucile Lefevre entre dans cette catégorie de grands espoirs du snow. La rideuse des Hautes-Alpes forge un palmarès qui s'étoffe saison après saison. "Bronzée" dans le halfpipe d’Innsbruck (Autriche) aux Jeux Olympiques de la Jeunesse 2012, Lucile a depuis enchaîné podiums et médailles dans cette discipline. Troisième des championnats du monde juniors 2012 et 2013, la Française vibre également pour le slopestyle. Une passion du snowboard partagée avec sa petite soeur Juliette, qui brille à son tour sur la scène internationale. Depuis quelques jours, Lucile a lancé une collecte de fonds sur Sponsorise.Me afin de financer un entraînement de trois semaines aux États-Unis. Objectif de la pensionnaire du club Écrins Snowboard : monter sur le podium des mondiaux seniors slopestyle en 2015. Après l'interview exclu de Sophie Rodriguez, septième des Jeux de Sochi 2014, meltyXtrem vous fait découvrir Lucile Lefevre.

Plus d'actu sur SnowboardLa snowboardeuse Aimee Fuller et ses doubles back flip monstrueuxSnowboard : Aimee Fuller vous apprend le backflipSochi 2014 : Résultats snowboard halfpipe, Sophie Rodriguez en finale, Kelly Clark leader !Sochi 2014 : Résumé et vidéos du 12 février aux Jeux Olympiques, combiné nordique, ski alpin et snowboard halfpipe

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

Lucile, pour commencer, nous avons appris que vous êtes partie en rééducation pour 15 jours à Cap Breton. De quoi souffrez-vous exactement ?

Je suis en ce moment au CERS (Centre Européen de Rééducation du Sportif, ndlr) à Cap Breton. Je soigne une rupture du LCA (ligament croisé antérieur), des fissures des ménisques et fissures du cartilage du genou gauche, que je me suis faites en finale de la dernière coupe du monde à Kreichberg (Autriche).

Vous avez débuté le snowboard à seulement six ans. Qu'est-ce qui vous a attiré vers cette discipline ?

Je suis montée sur un snowboard car je n'aimais pas trop le ski, le snowboard avait l’air plus fun. De plus, j’ai eu des entraîneurs vraiment sympa dès le début et j'ai tout de suite aimé les sensations, les sauts et les figures.

Pour votre deuxième participation à une épreuve de coupe du monde halfpipe, vous décrochiez déjà la victoire (le 17 décembre 2011 à Rika, ndlr). Imaginiez-vous triompher si rapidement ?

Non je n’imaginais pas “triompher” si rapidement, je ne suis pas sûre qu’on puisse parler de triomphe car il n’y avait pas les meilleures au départ de cette course. C'était une belle expérience et de bons souvenirs.

Vous avez depuis raflé le bronze lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2012 puis aux championnats du monde juniors 2012 et 2013. Comment avez-vous vécu ces moments ?

J'ai vécu de très bons moments, c’est toujours cool de voyager, s’entraîner et plus ou moins réussir… Ces compétitions étaient souvent mes objectifs principaux dans la saison. La plupart du temps, j’ai réussi à arriver en bas en faisant des runs que j’avais répétés tout au long de l'année, c’est bien lorsque le travail accompli paie.

Votre sœur Juliette participe également à des compétitions snow, en boardercross. Cela renforce-t-il votre relation de frangines de pratiquer à haut niveau le même sport ?

Oui c’est cool, on sait ce que c’est de s’entraîner, on le fait même ensemble. Parfois, on se retrouve dans les mêmes stations ou hôtels à l’étranger, ça fait plaisir d'être toutes les deux… On a beaucoup de connaissances communes, on discute autour du snow. Quand elle fait de bons résultats, comme cette année avec son titre de vice-championne du monde juniors par équipes, ça me fait plus plaisir que lorsque c’est moi qui réalise un bon résultat…

Votre année 2015 va être importante puisque vous participerez à vos premiers mondiaux seniors de slopestyle. Quels seront vos objectifs sur cette compète ?

Cette année, il y a les championnats du monde seniors sur lesquels j’aimerais me qualifier, c’est un premier objectif. Comme ils ont lieu assez tôt dans la saison, mi-janvier, et que je reviens de blessure, il faut déjà que je me fasse plaisir, que je reprenne les sensations et on verra bien. Je ne me fixe pas de réel objectif pour cette course…

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

Dans le cadre de votre préparation à ce rendez-vous, vous venez d'ailleurs de lancer une collecte de fonds sur Sponsorise.Me. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui j’ai lancé cette cagnotte pour ma préparation et mon voyage aux États-Unis, il faut que je m'entraîne après ma blessure. Je suis dans une structure semi-privée avec la Fédération (FFS). Le but est de récupérer des financements et des sponsors pour pouvoir boucler ma saison et progresser.

Pensez-vous déjà aux J.O. de PyeongChang 2018 ?

Oui j’y pense, c’est l’objectif qu’on s’est fixé avec les membres de mon groupe ainsi que mes coachs… Et j'aimerais beaucoup y participer avec ma petite sœur !

Le 6 mai dernier, la jeune Katie Ormerod a posé le premier double-cork 1080 de l'histoire du snowboard féminin. Qu'en avez-vous pensé en tant que rideuse ?

C’est vraiment cool, il est beau avec un bon style, ça fait plaisir de voir un aussi bon niveau. Cela fait avancer le snowboard féminin et le sport féminin. Une telle perf' me donne encore plus envie d' arriver à ce niveau et de réussir à poser un double.

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

Poursuivez-vous actuellement des études, ou les avez-vous mises entre parenthèses pour vous consacrer à votre carrière ?

Je viens d’avoir mon Bac S au Pôle France SSHN (section ski de haut niveau, ndlr) d'Albertville, c’est une structure vraiment bien organisée. On passe le bac en quatre ans au lieu de trois, il y a vraiment de bons profs, de bons préparateurs physiques, je les remercie d’ailleurs tous. L’année prochaine, j’intègre la fac de biologie à Grenoble (Université Joseph Fourier) où, grâce au programme Intervalle (plateforme internet) ainsi qu’à une tutrice, je pourrai me consacrer intégralement à ma saison sportive.

Avez-vous une idole ou une source d'inspiration chez les snowboardeurs ?

J’aime bien le style d'Alek Ostreng, la polyvalence de Peetu Piiroinen, mais mon rider préféré reste Mark McMorris.

Vous pratiquez également d'autres sports de glisse, comme le windsurf et le kitesurf. Dans ces moments-là, ridez-vous à la cool ou restez-vous compétitrice ?

Je ride en me faisant plaisir avec des potes, ma sœur et mon frère Antonin qui, lui, pratique le windsurf en compétition. On se motive et on aime bien apprendre tout le temps de nouveaux tricks. J'en profite pour remercier mes sponsors (Rip Curl, K2 & Élite Hautes-Alpes Tsg, ma ville Embrun), mes coachs (Steph Azzola et Aluan Ricciardi), ma famille, mes amis et tous ceux qui m’aident à réussir !

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

.

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

.

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)

.

Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)
Lucile Lefevre : "Objectif Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 avec ma soeur" (interview exclu)
Source : Mario Velasco/Sami Tuoriniemi/Thomas Copsey