Manon Petit : "Je rêve des Jeux Olympiques !" (exclu)

Ecrit par

Championne olympique chez les jeunes en snowboardcross, Manon Petit a déjà tout d'une grande. Elle s'est arrêtée chez meltyXtrem après sa médaille d'or décrochée en février à Oslo.

À 17 ans, Manon Petit représente l'avenir du snowboardcross français, voire mondial. Et cela pourrait bien être l'avenir proche. Fraîchement auréolée du titre de championne olympique sur les JO de la Jeunesse disputés en février dernier à Oslo (Norvège), la jeune rideuse ne cache ni ses ambitions sportives, ni sa soif de découvertes. Entre les Jeux Olymiques à Pyeongchang (Corée du Sud) en 2018, les X Games ou encore les différentes étapes de coupe du monde de sa discipline, elle a l'embarras du choix. Et souhaite tout vivre ! La licenciée au club des Carroz (Haute-Savoie) s'est arrêtée dans les locaux de meltyXtrem après son sacre parmi les jeunes les plus prometteurs de sa génération. Le temps d'évoquer ses ambitions, sa vie de tous les jours et son nouveau statut. En toute décontraction. À lire aussi : Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lillehammer 2016 : Manon Petit médaille d’or en snowboardcross !

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse

"C'était une compétition très médiatisée, il y a eu beaucoup de retombées après bien sûr, mais un peu avant aussi. Avoir ce titre est une vraie récompense pour tout le travail effectué. Je n'avais jamais rien vu d'aussi gros en termes d'infrastructures, tout était organisé. J'y suis clairement allée pour gagner, je savais que j'en avais les capacités, je connaissais mes concurrentes, j'avais notamment identifié la Russe Kristina Paul et la Suissesse Sophie Hediger. Seul le boarder pouvait influencer les résultats. Il était technique au début mais un peu plat ensuite. J'ai surtout fait la différence quand il fallait faire parler la technique et après j'ai géré sur la glisse. D'une manière générale, je n'ai pas trouvé le niveau incroyablement élevé sur cette compétition."

Manon Petit : "Je rêve des Jeux Olympiques !" (exclu)

La suite de la saison

"Pour moi, la saison n'est pas terminée car il y a encore les championnats de France, les championnats du monde junior, des étapes de coupe d'Europe et peut-être quelques manches de coupe du monde. J'espère décrocher quelques podiums encore cette saison !"

Manon Petit : "Je rêve des Jeux Olympiques !" (exclu)

Ses ambitions

"Je veux avancer étape par étape, bien sûr je ne compte pas m'arrêter à ces Jeux Olympiques de la Jeunesse. Je pense déjà à la coupe du monde, à la coupe d'Europe et même aux JO de 2018. Ce serait énorme et ça me fait déjà rêver ! C'est ce que tous les athlètes veulent et je sais que les places vont être très disputées, mon titre chez les jeunes ne suffira pas à m'ouvrir les portes, il me faudra aller encore plus loin ! Je pense aussi aux X Games, quand je regarde ça j'aimerais trop y être. Ce serait un énorme honneur d'y participer un jour."

Manon Petit : "Je rêve des Jeux Olympiques !" (exclu)

Le snowboard, une évidence

"J'ai commencé le snowboard à 8 ans et au club de Carroz, j'ai longtemps pratiqué le boarder et le géant. J'ai longuement hésité car je n'étais pas mauvaise dans les deux. Maintenant, le géant est une discipline qui coule un peu en France donc j'ai choisi naturellement l'autre ! Moi, ce que j'aime, ce sont les sauts, le combat avec les autres filles, ce n'est jamais fini même si tu fais des erreurs sur le parcours parce que les autres peuvent en faire aussi."

Manon Petit : "Je rêve des Jeux Olympiques !" (exclu)

Sa vie de lycéenne

"Je ne veux clairement pas arrêter ma scolarité car on ne sait jamais ce qui peut arriver, on n'est pas à l'abri d'une blessure. Je fais un baccalauréat en quatre ans et j'aimerais intégrer l'IUT d'Annecy pour des études de commerce. Sinon, à plus long terme, je voudrais être infirmière urgentiste. Cela demande des études difficiles donc je pense que j'irai dans cette voie après le snowboard. Sinon, je suis aussi jeune sapeur-pompier ! Mes parents m'aident beaucoup pour tout gérer mais j'adore cette vie car je n'arrive pas à rester deux jours chez moi. Je n'aurais jamais imaginé arriver jusque-là car pour moi, le snowboard c'était juste un loisir au départ... Puis j'ai commencé à gagner des compétitions et tout s'est enchaîné !"