Mathéo Jacquemoud : "Avec du recul, tu culpabilises", réactions du skieur alpiniste après le séisme au Népal

Ecrit par

Le skieur alpiniste Mathéo Jacquemoud, champion du monde en 2013, était à Katmandou au Népal lorsque s’est produit le tremblement de terre du 25 avril dernier. meltyXtrem vous fait part de la réaction du sportif.

Il a vécu les pires heures de sa vie. Mathéo Jacquemoud était dans les rues de Katmandou, au Népal, lorsque le 25 avril dernier, s’est produit un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter. Très touché, le champion du monde de ski alpinisme de 2013 raconte pour RMC Sport et Le Dauphiné Libéré comment il a vécu la catastrophe qui a coûté la vie à plus de 7 000 personnes, dont au moins 18 alpinistes sur les pentes de l'Everest. Il se rappelle des premières secousses ("On était dans un taxi, avec deux copines népalaises.") alors qu'il ne réalisait pas qu’il était en train de vivre un séisme : "Au début, tu ne prends pas conscience qu’il y a un tremblement de terre, tu crois que c’est un peu la route qui bouge, qu’il y a des trous sur la route. Puis, on s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un séisme, avec des grands mouvements allant de gauche à droite, de manière horizontale. Une vraie machine à laver."

Et Mathéo Jacquemoud d'ajouter : "Tu as l’impression que sous toi, tout bouge. Le taxi s’est mis au milieu de la route. On est resté à l’intérieur. Une des copines népalaises a voulu s’enfuir mais on l’a rattrapée. Il y a eu 30 secondes de secousses vraiment fortes. Puis on est sorti. On était perdu, dépassé, on ne savait pas quoi faire. On a finalement laissé notre taxi à un blessé pour qu’il se rende à l’hôpital." Dès les premiers instants, il tentait de ne pas rester passif : "Tu essaies d’être le plus pragmatique possible, le plus logique. S’il y a quelqu’un que tu peux aider, tu l’aides. Toi, ton but, c’est de rejoindre un endroit à l’abri."

Mathéo Jacquemoud : "Avec du recul, tu culpabilises", réactions du skieur alpiniste après le séisme au Népal

Ce qui l’interpellait, c'était la réaction des Népalais : "Ils étaient calmes. Sauf pendant les nouvelles secousses où là, la panique reprenait le dessus. Nous en avons ressenti une douzaine pendant les trois heures que nous avons attendue dans cet espace ouvert. À chaque fois, les gens criaient, couraient alors qu’il fallait rester assis." Il a également été témoin de l’horreur. "Sur la route, on a vu des maisons écroulées, des gens sous les débris, témoigne-t-il. Quand on a circulé dans les petites rues, il y avait encore des secousses et l’on voyait des morceaux de corps à moitié ensevelis." S'il a rejoint très rapidement l’aéroport pour rentrer en France deux jours après le premier tremblement de terre, le retour à la vie normale a été difficile pour le Savoyard.

Mathéo Jacquemoud : "Avec du recul, tu culpabilises", réactions du skieur alpiniste après le séisme au Népal

"Je suis allé en montagne avec un copain, poursuit-il. J’ai vraiment pris conscience que j’étais en France, en vie. Avec du recul, tu culpabilises d’être ici, alors qu’eux sont restés là-bas, dans la misère. Tu as limite envie de repartir au Népal. C’est paradoxal parce que quand j’étais là-bas, je ne pensais qu’à rentrer en France. Vous savez, c’est un pays où les gens sont reliés à la terre, ils vivent simplement. C’est d’ailleurs ce que tu recherches en y allant. Là, je me dis finalement que si je suis encore en vie, c’est qu’il y a une raison… Il faut profiter de la vie." A lire aussi : Avalanche : Vidéo d'un alpiniste sur l'Everest après le séisme au Népal.