Nuit de la Montagne 2013 : Le Grand Rex affiche complet

Ecrit par

La première édition de la Nuit de la Montagne remporte un franc succès hier soir. Le Grand Rex fait salle comble, pari réussi pour Manon et Cyril les organisateurs.

Passionnés de montagne, Manon Grimwood et Cyril Salomon rêvent de déplacer des montagnes. C'est chose faite grâce à leur première Nuit de la Montagne. Dans les somptueux décors du Grand Rex parisien, les jeunes gens réunissent 3200 amateurs et professionnels. meltyXtrem occupait un siège et vous raconte. Cinq courts-métrages sont proposés aux spectateurs. À la fin de chacun, riders et réalisateur se retrouvent sur scène pour discuter. Manon et Cyril qui souhaitaient mettre la montagne à l'honneur, remportent leur pari fou. En avant-soirée, les invités ont le plaisir de se retrouver pour une discussion autour de l'Ultra Trail du Mont Blanc 2013. Faire cette conférence dans le cadre de la Nuit de la Montagne permet d'unifier trailers et montagnards, ce qui n'est pas toujours le cas sur place. Le film de Didier Lafond plante très vite le décor. Vertige, images à couper le souffle, bande-son envoûtante, la réalisation sacralise ce défi intense. Corps las, regards vides, slowmotions, Didier Lafond rend palpable la souffrance de cette épreuve mais aussi les émotions qu'elle suscite. La nouveauté 2013 n'en est pas vraiment une mais qu'importe, il s'agit de réécrire la charte étique de l'UTMB. Les organisateurs évoquent un retour aux sources et à l'émotion, afin de redonner son côté aventure humaine au trail, plutôt que d'en faire un grand spectacle. 6000 participants athlètes du quotidien ou sportifs de haut niveau arpentent les 170 kms de ce périple hors normes, somme toute " des gens ordinaires dans une histoire extraordinaire ".

Acclamés dès leur entrée sur scène, Cyril et Manon lancent la soirée. Discours décalé et humoristique pour ces jeunes gens à la page, Manon réussissant même à caser une célèbre réplique de Nabila des Anges de la télé-réalité : " non mais allo c'est comme si tu faisais du base jump et que t'avais pas de parachute, allo quoi ! ". Le premier court-métrage proposé s'intitule "Rockin' Cuba" et met à l'honneur la grimpe dans un pays aux faibles moyens. Sur des sonorités de salsa cubaine, les riders imaginent des voies et souhaitent développer la grimpe locale. Vladimir Cellier l'un des réalisateurs également compositeur des musiques parle d'une " manière de voir le pays à travers la musique (et les bruitages ndlr) ". Le titre "Rockin' Cuba" vient de l'objet rocking chair très présent dans le pays, symbole d'immobilité. "Siguniang" tourné en Chine envoie valser le décor. Fini la grimpe place à l'alpinisme. Dimitri Messina et Maël Baguet se lancent à l'assaut de la face nord du mont. Il faut cinq jours aux deux Français pour rejoindre le sommet culminant à 6250m. Entre bivouacs de fortune et franche rigolade, ils nous font passer un bon moment qui retrace leur ascension vertigineuse.

Venezuela Jungle Jam Teaser from Sean Villanueva on Vimeo.

Le film coup de cœur de la rédac' a suscité de nombreuses vocations d'après Cyril, dont la sienne. "I believe I can fly", maître en la matière, fait la part belle à la baseline. Au fil des défis toujours plus impressionnants des riders, les spectateurs retiennent leur souffle. Bouches bées, la stupéfaction gagne les spectateurs, comme lorsqu'un athlète s'élance sans leash ni parachute. " C'est pour purifier la traversée " explique-t-on sur scène avant de poursuivre " avec le leash t'as pas peur, sans tu as peur. C'est une sorte de méditation pour être maître de son corps ". À en croire les applaudissements tonitruants à la fin de la projection, le coup de cœur est partagé. "Nat&Co" retrace l'histoire de Nathanaël Schaeffer. Adepte de randonnée, il voit sa vie basculer un matin de mai 2005 lors d'une avalanche. Il survit mais devient paraplégique, ce qui ne le fait pas renoncer à l'altitude pour autant. Son optimisme et des amis qui le tractent lui permettent de skier un 4000. "Venezuela Jungle" Jam vient ponctuer les projections. Perchés dans la jungle vénézuélienne, quatre Belges et leur instruments de musique s'agrippent à l'une des parois les plus raides du monde. Ils passent dix jours sur cette face entièrement déversante de 500 mètres, à espérer atteindre le sommet. Merci à Manon et Cyril pour cette belle soirée et à l'année prochaine. À lire aussi : Surf and Bike le long de la Vélodyssée.