Quiksilver Pro Gold Coast 2015 : Jérémy Flores, une nouvelle saison pour un nouveau départ ?

Ecrit par

Après avoir sauvé sa peau parmi l'élite du surf mondial in extremis en 2014, Jérémy Flores s'apprête à repartir à l'assaut en 2015. En espérant tirer profit des enseignements de ses échecs à répétition l'année dernière.

"C’était dur, mais j’ai atteint a priori mon objectif de requalification. Je reviens de loin." À sa sortie de l’eau ce 15 novembre 2014 qui clôt alors le Reef Hawaiian Pro, Jérémy Flores peut souffler. Il vient enfin d’assurer sa place sur le World Tour en 2015, lui qui fait partie de la trentaine de surfeurs qualifiés sur le circuit du championnat du monde depuis huit ans maintenant. Le Réunionnais a vécu une saison particulièrement compliquée, marquée par une 33e place finale, son plus mauvais résultat depuis son arrivée sur le WCT en 2007 et une suspension en milieu de saison qui l’a "aidé à se bouger", comme il l’expliquait en fin d’année. Sur ses résultats 2014, Flores cumule une dizaine de 25e et 13e places. On notera cependant deux éclaircies dans ce ciel sombre, un joli quart à l’entame de la saison en février sur le Hurley Australian Open et donc cette troisième place à Hawaï. Suffisant pour se classer 11e du circuit qualificatif (WQS) et prendre ainsi un ticket pour une nouvelle saison sur le tour principal.

Quiksilver Pro Gold Coast 2015 : Jérémy Flores, une nouvelle saison pour un nouveau départ ?

Depuis, le premier vainqueur français de l’histoire sur le World Tour (c’était sur le Billabong Pipeline Master en 2010), a fait relâche pendant quelques semaines en Polynésie française tout en restant de l’autre côté du globe. C’est début janvier qu’il a repris sa planche en se faisant plaisir en freesurf sur différents spots du North Shore d'Oahu à Hawaï (Backdoor, Haleiwa) où il a notamment profité de son temps libre pour afficher de nouveau son soutien à Johanne Defay dans sa recherche de sponsors (Flores l’aide financièrement depuis novembre 2013). Pour lui, l’objectif est d’abord de retrouver de la confiance alors que "c’est surtout sur le mental que je n’ai pas été fort en 2014", comme il l’avouait, lucide, en fin de saison dernière. "Dès que je remettais le lycra, j’avais l’impression qu’il pesait 20 kg. Que c’était un poids et une pression pas possible. Mais je pense que c’est une année qui va me servir dans le futur. À accepter la défaite et à me motiver encore plus pour les années à venir. J’ai encore faim. J’ai beaucoup à donner." On a hâte de le vérifier !