Red Bull BC One 2014 : Interview exclusive de Menno, vainqueur 2014

Ecrit par

Si Menno a remporté ce samedi soir la finale à Paris du Red Bull BC One, le Néerlandais n'était peut-être pas le plus attendu des B-boys à La Villette. meltyXtrem, qui était sur place ce soir, l'a retrouvé après son sacre face à Taisuke et l'a interviewé pour en savoir plus sur le nouveau champion du monde de breakdance 2014.

C'est fait ! On connait désormais le nouveau champion du monde de breakdance. Menno a en effet remporté la finale du Red Bull BC One, marquée par plusieurs surprises. Parmi les battles de la soirée, on retiendra évidemment ceux des trois Français qui étaient engagés à La Villette pour tenter de faire triompher un B-boy tricolore à domicile. Mais ni Mounir, ni Lilou, ni Tonio ne seront parvenus à passer le premier tour, tombant tous face à plus fort qu'eux. Même Hong 10 pourtant champion du monde l'année dernière à Séoul n'a passé qu'un seul tour à Paris sur cette édition 2014. La place était donc libre pour un danseur moins attendu de monter sur le trône. Si le public avait fait de Cheerito son favori, on retrouvait finalement en finale le Japonais Taisuke face au Néerlandais Menno. Et c'est ce dernier qui surclassait son adversaire dans un battel remporté par KO (trois passages à zéro). meltyXtrem l'a rencontré juste après sa victoire pour avoir ses impressions. Interview !

Red Bull BC One 2014 : Interview exclusive de Menno, vainqueur 2014

Comment t’es-tu entraîné pour cette grande finale mondiale ?

En tant que b-boy, tu dois toujours être prêt à te dépasser. Tu fais attention à ce que tu manges, à ce que tu fais pour ne pas minimiser tes chances de gagner. T’entraîner juste deux ou trois mois pour le BC One n’est pas suffisant. Il faut encore et toujours se préparer. Donner le maximum à l’entraînement pour être prêt le jour J. Toujours pensé à s’améliorer est la clé pour arriver loin. J’ai deux blessures cette année donc ça n’a pas facilité la tâche. Pendant près de quatre mois, j’ai dû m’entraîner avec un seul bras. J’ai donc dû changer ma façon de danser, privilégier la danse au mouvement.

Comment peux-tu définir ton style de danse ?

J’essaie d’être le plus créatif, avec beaucoup de figures au sol. J’aime bien l’idée de revenir aux pas de base du hip-hop. Je m’inspire beaucoup de ce que faisaient les premiers b-boys. J’ai une attirance particulière pour le hip-hop à l’ancienne. A cause de mes deux blessures, j’ai dû privilégier la danse au mouvement. Si tu regardes ma façon de danser cette année et l’année dernière, cela n’a rien à voir.

Comment t’es-tu senti pendant la finale contre le Japonais Taisuke ?

C’était une belle battle. Il y avait un très bon niveau. Mon adversaire Taisuke a été très fort. C’est un très bon B-boy. Cela a été très difficile de le battre. C’était une finale très relevée.

A quel âge as-tu commencé à breaker ? Est-ce que tu pensais un jour faire partie des meilleurs breakdanceurs du monde ?

J’ai commencé en 2001. J’ai toujours été le gars qui n’a pas de talent. Comme vous avez pu le voir, je ne suis pas le b-boy qui réalise des figures techniquement très difficiles. C’est impossible pour moi, c’est trop dur physiquement. Donc je dois choisir une autre façon de breaker. J’ai choisi une technique moins difficile mais je voulais absolument réussir tout ce que je faisais parfaitement. Le breakdance est ma passion. Je vis pour ça.

Tu es le premier néerlandais à remporter le titre mondial du BC One. Quel effet cela te fait ?

Je suis très content. Pour mes proches, pour mon équipe, pour mon pays, c’est un honneur. Ce titre revient aussi à tous les gens qui m’ont soutenu depuis mes débuts.

Quelle sont tes projets pour la suite ?

Je vais disputer, dans deux semaines, à Londres, la finale de l’Undisputed. Une des plus grandes compétitions du monde avec le Red Bull BC One. J’ai gagné ma place pour cette finale au début de cette année. Je veux également défendre à nouveau mon titre l’année prochaine pour la finale du Red Bull BC One 2015.