Riders Cup 2016 : Tristan Dugerdil redoute "les virages relevés de la piste d’Avoriaz" (exclu)

Ecrit par

Tristan Dugerdil ridera à domicile sur la Riders Cup d’Avoriaz ce samedi soir. Quatrième au classement général, il compte bien profiter de cet avantage pour poursuivre sur sa dynamique. meltyXtrem l’a rencontré.

Shapers et moniteurs de la station d’Avoriaz ont œuvré toute la semaine pour creuser, à la pelle, une jolie piste de 300 mètres. Si la neige se faisait désirer durant les vacances de Noël, elle n’est pas venue faciliter le travail pour la Riders Cup 2016, qui se déroule pour la première fois en France ce week-end. Les flocons n’ont pas cessé de tomber depuis vendredi soir, recouvrant ainsi la glace. Pas une seconde ne s’est passée sans que les bénévoles ne déblaient tant bien que mal la neige présente sur la piste. Cependant, les épreuves de qualifications qui devaient se dérouler vendredi soir, avaient dû être repoussées à samedi après-midi (16 heures). Ainsi, les riders avaient mis la main à la patte, en s'équipant également de pelles pour rendre praticable le tracé, à quelques heures seulement des courses. Tristan Dugerdil s’est bien évidemment démené lui aussi pour aider ses copains. Entre deux coups de pelle à H-1 des qualifications, il nous a livré ses impressions sur la piste, et sur l’organisation de la première épreuve d’ice cross downhill en France !

Riders Cup 2016 : Tristan Dugerdil redoute "les virages relevés de la piste d’Avoriaz" (exclu)

La piste, pas qu’une partie de plaisir, mais finalement bien aboutie...

On avait d’abord fait des plans (avec Pacôme Schmitt notamment) et les shapers des snowparks ont ensuite super bien bossé. On leur a fait confiance, ils ont fait un peu "à leur sauce" et la piste est vraiment top. Le tracé est bien mais pour la glace en revanche c’est plus compliqué avec toute la neige qui est tombée. On nous avait annoncé 5 cm vendredi soir et on s’est retrouvé avec 30 cm… On a également dû réparer les zones sensibles mais finalement tout devrait être au top.

Un tracé technique qui lui convient parfaitement

La difficulté de cette piste ce sera les virages relevés. On n'a pas trop l’habitude d’en avoir sur les courses. C’est une difficulté mais on a aussi hâte de voir ce que ça dit. Ce sera plus de la technique que de la vitesse, comparé à la semaine dernière à Munich (où Tristan terminait quatrième). Les virages s’apparentent un peu à la manière du ski donc je pense que la piste me conviendra pas mal. Ça serait dommage de ne pas réussir à faire quelque chose ici, mais il n’y a qu’un seul round de qualifications et tout peut arriver… Je ferai le maximum de toute façon. Je n’ai pas pelleté toute cette semaine pour rien ! Ça motive et ça équilibre avec la fatigue.

Riders Cup 2016 : Tristan Dugerdil redoute "les virages relevés de la piste d’Avoriaz" (exclu)

La première épreuve d'ice cross downhill en France, un joli coup de projecteur sur un sport encore peu connu

Je suis vraiment content d’être ici et j’espère qu’il y aura du monde. C’est bien aussi pour mes amis et ma famille qui ne peuvent pas trop se déplacer pour me voir rider en temps normal. Notre but à la base c’est surtout de faire connaître ce sport, de le développer, et d’avoir le plus possible de nouveaux Français dans le circuit. On est que deux, c'est encore trop peu si on compare avec les Canadiens notamment. Je pense que c’est en faisant des événements de ce genre dans notre pays que ça viendra. On a eu énormément de demandes d’amateurs qui voulaient s’inscrire. On a été obligé de limiter les places parce que quand il y a beaucoup de riders c’est toujours plus compliqué pour la piste. Mais l’année prochaine il y aura le double de Français qui essaieront ! J’espère qu’on reviendra en France la saison prochaine. Je ferai mon maximum pour et je souhaite aussi que la station d’Avoriaz continue d'être d'accord pour le faire. On donne tout pour que ce soit un bon événement et que par la suite, ça motive Red Bull à organiser, pourquoi pas, un Crashed Ice chez nous…