Sam Estève : "La mer Méditerranée est plus capricieuse que l'océan pour le surf"

Ecrit par

Le jeune windsurfeur de la melty Talents House Sam Estève habite à Sainte-Marie-la-Mer, en face de la Méditerranée. Il nous explique les particularités d'exercer le surf dans cette mer.

Quand on pratique le windsurf et qu'on habite à Sainte-Marie-la-Mer (Pyrénées-Orientales), le spot est tout trouvé pour se jeter à l'eau, la mer Méditerranée. Mais, à l'image des surfeurs du tour mondial qui se donnent rendez-vous tous les ans sur les plages landaises afin de se jauger sur les vagues de l'Atlantique, l'océan semble plus propice aux grosses vagues et aux sensations fortes. Mais pour Sam Estève, notre jeune windsurfeur (17 ans) de la melty Talents House, les sessions sont plus souvent organisées en Méditerranée. Il explique les différences entre les deux lieux quand il se lance pour des sessions surf : "J'ai été régulièrement surfer en Atlantique. J'ai adoré les vagues plus puissantes et plus creuses de l'océan, mais surtout plus régulières. La mer Méditerranée est capricieuse, il ne suffit pas de bien savoir surfer, mais surtout de bien savoir ramer car les vagues sont bien plus molles !"

Sam Estève : "La mer Méditerranée est plus capricieuse que l'océan pour le surf" - photo
Sam Estève : "La mer Méditerranée est plus capricieuse que l'océan pour le surf" - photo
Sam Estève : "La mer Méditerranée est plus capricieuse que l'océan pour le surf" - photo

La raison ? "Il n'y a pas de marrée en Méditerranée, les dépressions viennent de moins loin et se déplacent plus vite, ce qui fait que la houle peut très vite changer. La puissance et l'endroit des courants varient en fonction des conditions météo de la veille." Et en Méditerranée, quelles sont les meilleures périodes pour revêtir sa combinaison et partir prendre les vagues ? "En automne et en hiver, répond Sam Estève. Très peu au printemps et plus rarement en été. La houle arrive lorsque le vent vient de la mer (coups marins, ndlr), souffle entre la Corse et le continent ou lors de très forte tramontane (vent de terre)." Du coup, Sam change de spot selon les directions du vent, forcément : "J'opte pour la côte rocheuse avec des plages de galets par forte tramontane, le littoral avec des plages de sable par vent marin. Et quand la houle devient trop grosse et en chantier, nous repartons sur des spots de replis abrités du vent, dans les criques." Finalement, il y a toujours une solution ! À lire aussi : Sam Estève présente son nouveau matériel windsurf en photos et vidéos.