Sam Partaix : "Les gens ont halluciné en nous voyant skater dans le désert" (interview exclu)

Ecrit par

Le skateur Sam Partaix était de passage à Paris pour présenter sa nouvelle ligne de vêtements Vans. L’occasion pour le rider de parler à meltyXtrem de ses projets passés et futurs dans une interview exclusive.

Sam Partaix était de passage à Paris le jeudi 16 avril pour présenter sa nouvelle ligne de vêtements Vans. Il en a profité pour organiser un show de skate au Nozbone et une soirée au Babershop de Paris (11e arrondissement). Le rider professionnel a des choses à raconter puisqu'il a fait le tour du monde à la recherche des spots les plus originaux. Il a dernièrement ridé dans le Sahara marocain ou dans un toboggan de parc aquatique en Israël. Aujourd'hui domicilié à Berlin, il rentre souvent à Paris où il collabore pour des projets de skate comme le livre "De Paris" ou encore le film "Vicious Cirle". Autant d'inspirations pour le skateur. Pour la sortie de sa ligne de vêtements directement inspiréé de ses photos et tatouages, il est revenu en exclusivité pour meltyXtrem sur cette année bien chargée et sur celle à venir. À lire aussi : Sam Partaix en skateboard dans Paris pour "Vicious Circle" (vidéo).

Pourquoi lancer une ligne de vêtements ?

Tout simplement parce que ça doit faire huit ans que je skate pour Vans. Je suis dans le team Vans Europe et on m’a proposé de développer une ligne. C’était intéressant pour la marque de faire cette collaboration avec un Européen parce que la plupart du temps, c’est avec des Américains. Maintenant, on peut davantage réaliser nos projets en Europe, on a plus de libertés. On lance une ligne de chaussures et de t-shirts. Sur la semelle, on a récupéré des photos de moi et pour les chaussures, mes tatouages. Et j’ai choisi le modèle, la Slip-On Pro, avec laquelle je skate beaucoup.

Sam Partaix : "Les gens ont halluciné en nous voyant skater dans le désert" (interview exclu)

Tu es ambassadeur du Sosh Truck depuis deux ans, quel est le menu pour cette année ?

Le Sosh Truck, on l’a fait il y a deux ans à Paris, cela a super bien marché. L’année dernière, on a fait quatre dates et cette année on va en faire neuf. On ira à Toulouse, on retourne à Paris et Lille. Peut-être Rouen.

Tu as pas mal voyagé cette année. On t’a vu rider dans le Sahara au Maroc et dans un toboggan en Israël. Pourquoi participer à ces projets un peu loufoques ?

Dernièrement, je me suis pas mal bougé pour faire une vidéo cool pour la sortie de la shoes (à voir ci-dessous). On essaie de trouver des nouveaux spots qui n’ont pas trop été skatés, des endroits qui changent parce que skater des marches en villes c’est bien, mais on veut trouver des lieux photogéniques. L’aqualand désaffecté en Israël c’est devant la mer Morte, un cadre magnifique. On est tout seul dans ce lieu désert, on est tranquille et ça nous permet de faire des images insolites. On skatait les piscines désaffectées et moi j’ai dit à mon pote "vas-y on va voir les toboggans" mais ça faisait un peu peur parce que le parc est abandonné depuis 20 ans. Pour le Maroc, on va souvent y skater parce qu’il fait beau et que c’est cool. On s’est dit "pourquoi pas faire un concept différent." Skater dans les dunes, on avait trouvé l’idée intéressante, c’est comme y faire du snowboard. Le désert fait penser aux montagnes. Vu qu’on évolue dans des décors urbains la plupart du temps, cela permettait de proposer un truc différent qui a super bien marché. Les gens ont halluciné quand ils ont vu ça !

Pas trop dur de skater dans le sable ?

Si, si c’est super dur. Il faisait très chaud, tu transpires et quand tu tombes le sable te colle à la peau. Et c’est pareil pour le skate avec le sable rentre dans les roulements. Donc oui, c’était vraiment dur.

C’était comment la Crossfire Halloween Massacre de Londres à la House of Vans ?

Génial ! C’était un contest déguisé avec une grosse soirée et un gros line-up pour les concerts du soir. Moi je n’avais jamais fait Halloween en Angleterre et en fait c’est comme aux USA, tout le monde a joué le jeu, tout le monde était déguisé. Et puis la House of Vans, c’est un lieu de malade.On a vraiment bien rigolé.

Récemment, on t’a vu dans "Vicious Cirle" d’Olivier Fanchon, dans le livre photo "De Paris" sur le skateboard ou dans le film Deuxième Vague. Pourquoi collaborer avec ces projets ?

En fait, il y a des gens qui ont récupéré des images qu’on a filmées il y a longtemps et qui ne sont jamais sorties. Parfois, on filme comme ça et j’oublie tout ce qu'on a. Plus tard, je découvre des montages et de nouveaux trucs et alors j’hallucine un peu. "De Paris", c’est un projet super intéressant sachant que c’est une année dans la ville qui regroupe ce qui s'est passé sur la scène skate dans la capitale. On m'a demandé des photos que j'avais prises mais je suis aussi dans le bouquin en train de skater. C’est un truc incroyable qui a tellement bien fonctionné qu'on fait la même chose à Londres. C’est un super projet qui va s’étendre, l’année prochaine il y aura peut-être d’autres villes.

Sam Partaix : "Les gens ont halluciné en nous voyant skater dans le désert" (interview exclu) - photo
Sam Partaix : "Les gens ont halluciné en nous voyant skater dans le désert" (interview exclu) - photo
Sam Partaix : "Les gens ont halluciné en nous voyant skater dans le désert" (interview exclu) - photo

Maintenant tu habites Berlin, ça ne te manque pas trop Paris ? Tu reviens de temps en temps ?

C’est compliqué de dire que j’habite vraiment à Berlin parce que je voyage tout le temps. Ma copine tatoue là-bas. Quand j’y vais, je skate avec mes potes, je chill, j’en profite pour me reposer un petit peu parce que mine de rien, les tournées, ça fatigue beaucoup. Berlin est une super ville, on peut tout faire. Mais je reviens tout le temps sur Paris voir ma famille, mes potes, skater. Ça me manque un peu peu parce que Paris c’est Paris.

Des endroits cool à nous recommander pour skater ?

Ils ont construit pleins de nouveaux skateparks en périphérie de Paris. Je n’ai toujours pas eu le temps de faire les nouveaux mais maintenant ils les font en béton donc c’est vraiment intéressant à skater. Et puis après, je vais souvent au skatepark de Jemmapes (10e) pour faire l’apéro avec mes potes.

Pour finir, c’est quoi tes projets pour 2015 ?

J’ai le Sosh Truck et après je dois filmer pour la nouvelle vidéo de mon sponsor Antiz jusqu’au mois de novembre. Ensuite, je dois filmer pour une petite vidéo Sosh puis tourner avec Electric, la marque de lunettes. Je pense que jusqu’au mois de décembre, j’ai des trucs de prévus. Mes sponsors me sollicitent tout le temps, après je ne peux pas tout faire si je veux bien les faire !