Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

Ecrit par

Sarah Lezito est considérée à seulement 22 ans comme la meilleure stunteuse du monde. Elle a même joué la doublure de Scarlett Johanson pour The Avengers 2. meltyXtrem l’a rencontré pour une interview exclusive.

Elle en fait pâlir plus d’un lorsqu’elle enfourche sa moto. Sarah Lezito a débuté le stunt à l’âge de 13 ans. Neuf ans plus tard, elle est considérée comme la meilleure du monde dans sa spécialité. À tel point qu’elle bat en compétition ses homologues masculins. De quoi susciter la curiosité du public à l’égard de la Champenoise de 22 ans. Car ne vous y trompez pas, derrière son joli sourire, Sarah est une virtuose lorsqu’elle est sur une moto. De quoi attirer l’attention outre-Atlantique puisque la rideuse a joué les doublures de l’actrice Scarlett Johanson pour le blockbuster The Avengers 2. Mais Sarah reste néanmoins les pieds sur terre (ou sur le bitume) et aime le contact avec son public. Elle participera le 30 août prochain au Finist’Air Show en Bretagne. En attendant de la voir à côté de Briec, meltyXtrem a rencontré la championne qui nous parle de son sport, de la compétition mais aussi de ses projets. À voir également, l’interview exclusive de Tom Pagès : "Quand tu mets le casque, plus personne ne décide pour toi".

Tu vas participer au Finist’Air Show, pourquoi prendre part à cet événement ?

Ce sera la troisième année consécutive que j'y participe. Tous les ans, c’est vraiment le plus gros événement niveau public. J’adore l’ambiance qu’il y a, sans stress. Ce n’est même pas un show, c’est limite une session entre potes. Par exemple, on fait presque une battle avec les gars en vélo. Je kiffe.

As-tu prévu quoi comme show ?

Rouler, faire mes tricks techniques, montrer du niveau et tout ce que je peux. Le but ce n’est pas de venir en disant "hé, je m’appelle Sarah et j’ai une grosse moto". C’est plutôt de dire que les filles peuvent rouler à fond et balancer des gros tricks.

Tu as débuté le stunt à l’âge de 13 ans, comment t'es-tu mise à cette pratique ?

J’ai débuté en quad en faisant des roues arrière avec mes potes dans les champs. De fil en aiguille, j’ai vu des vidéos sur internet et j’ai voulu passer en moto. C’est comme ça que j’ai continué. Je ne me suis jamais arrêté de faire du stunt. Une fois que tu chopes le coup, c’est bon.

Si tu pouvais nous donner ta définition du stunt ce serait laquelle ?

Le but c’est d’évoluer le plus possible sur une roue, en drift ou même sur deux roues, de faire le plus de tricks possible, de chercher ses limites et de se mettre dans toutes les positions possibles. Il faut envoyer la moto à tous les régimes possible et faire tout ce que l’on peut.

Peux-tu nous parler de ta première compétition ?

C’était à l’été 2013, je suis allé en Pologne aux championnats européens. À l’époque on était 70 riders et j’ai fait 19e. C’était déjà une victoire d’être dans le top 20. J’ai à nouveau participé à ce championnat d'Europe cette année, et je me suis donné un gros coup de pied au cul. J'ai terminé neuvième (rires) ! Je suis trop heureuse, c’était mon objectif de m’imposer autant que je peux. Honnêtement je suis arrivée le premier jour et je me suis dit que ça allait être chaud de faire un top 10 parce que le niveau était énorme chez les mecs. J’en suis loin. Je l’ai fait parce qu’il y en a qui étaient meilleurs que moi niveau technique mais ils ont chuté. Ça fait partie du jeu aussi, ils n’avaient qu’à ne pas tomber (rires).

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

En quoi consiste ton entraînement ?

Il faut d'abord trouver un parking dans ma ville, m'y poser avec ma moto et rouler tout simplement. Je ne me prends pas la tête. Je roule à peu près tous les jours, au moins cinq jours par semaine et au minimum une heure à chaque fois mais ça peut aller jusqu’à trois ou quatre heures. Je n’ai pas besoin de terrain spécialisé, juste d’un bout de bitume, même s’il est petit. Parfois, ce n’est pas plus mal parce qu’on s’habitue à rouler avec des inconvénients et ça peut être très utile sur certains shows. Par exemple, au Finist’Air Show, il faut un bon niveau pour arriver à rouler là-bas et faire un truc assez technique. Il faut s’adapter en permanence.

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

Quelle est ta figure préférée ?

Ce que j’aime le plus ce sont les stoppies, les roues avant. Je pourrais en faire à longueur de journée sans m’en lasser. Après tout ce qui est circles sur la roue arrière, c’est à dire tourner sur la roue arrière, faire le plus de tricks techniques possibles, ça j’adore aussi. Je suis plus fan des tricks assez lents sauf ce qui est stoppie où il faut un minimum d’élan si on veut faire de bonnes longueurs. En fait j’aime à peu près tout. A part peut-être les gros trucs de bourrins, ça je les laisse aux gars ! (rires)

Tu crées tes propres figures ?

Il y a toujours une petite touche, du style lâcher une main. Mais créer une figure, ce n'est pas forcément évident parce qu’il faut commencer à prendre des risques. Personnellement je ne dirais pas que j’en ai créé. Je dirais que je suis plutôt à suivre l’exemple et à faire tout ce que je peux. Mais ça ne va pas tarder (rires).

Tu es considérée comme la meilleure stunteuse mondiale, comment le vis-tu ?

Ça me fait plaisir. C’était un peu mon but et puis je me donne beaucoup les moyens pour y arriver. C’est vraiment la chose que je veux le plus faire : rouler, rouler, rouler. Si les nanas pouvaient un peu se motiver et venir en compétition, ça m’arrangerait parce que j’en ai marre d’être la seule.

Justement, tu évolues dans un monde d’hommes, ce n’est pas trop dur ? Quelles sont tes relations avec eux ?

Je n’ai jamais trop eu de mal à évoluer. J’ai grandi avec des mecs qui m’ont incité à faire des bêtises en moto et même avant en vélo. Je n’ai jamais eu de soucis à m’intégrer que ce soit sur les spots, sur les rassemblements ou sur les compétitions. Si tu es une fille, il ne faut pas s’inquiéter pour ça. Ils sont super contents qu’on soit là, les mecs sont très ouverts pour nous aider, y compris pour bricoler.

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

Comment vivent-ils le fait que tu es meilleure que la plupart d’entre eux ?

Je n’ai pas toujours été meilleure que les hommes. Mais c'est vrai que lorsque je bas des anciens, ils en prennent un petit coup quand même. Certains m’ont vu grandir, et là, je les dépasse. J’arrive même devant eux aux championnats européens, c’est marrant.

Comment vois-tu l’évolution du stunt en France mais aussi dans le monde car nous avons une image un peu négative des motards qui cabrent sur les autoroutes ?

Justement, il faudrait changer cette image, parce que c'est loin de représenter la vérité. On n’est pas là pour prendre des risques pour rien. On fait vraiment du freestyle dans l'objectif de faire avancer notre sport. Ce n’est plus l’image d’il y a 10 ans. Aujourd’hui on s’inspire davantage de sports comme le flat en vélo et le FMX pour créer des tricks.

Tu rides sur quelle moto ? Quelles modifications y as-tu apportées ?

C’est une Kawasaki ZX6R. Elle est très personnalisée. J’ai renforcé tout ce qui pouvait casser comme le châssis. On ajoute également des protections pour ne rien casser quand on tombe. On a également besoin d'une grosse transmission pour qu’il y ait plus de couple. On roule donc moins vite mais on n’en a pas besoin. On rajoute des freins, des ventilateurs pour que ça refroidisse mieux. On l’équipe à fond.

Tu as 22 ans, tu ne fais que du stunt ?

Je fais principalement du stunt. Mais je bosse encore un peu à côté. Ma famille a une petite exploitation de champagne. J’ai envie de faire durer ça et de reprendre plus tard quand je serai à ma retraite de stunteuse. J’ai encore le temps et puis mes parents sont à fond derrière moi pour m’aider à poursuivre mon rêve.

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

Tu es issue d’une famille de motards ?

Pas du tout ! Ils ne m’ont pas forcé à faire ça. A 12 ans, je me suis mise à fond là-dedans. J’avais envie de faire la dingue. Quand je leur ai dit que je voulais une moto, ils m’ont répondu que j’allais devoir attendre mes 14 ans. Heureusement, j’ai eu un quad un peu avant.

Tu as été la doublure de Scarlett Johanson pour le film Avengers 2, comment es-tu arrivée là ?

J’ai commencé à sortir du lot en 2012 parce que j’avais fait des petites vidéos. On m’avait déjà appelé pour le casting de Fast & Furious. J’y suis allé mais au final ils n’ont pas mis de moto dans le film, du moins pas de stunt. Ce coordinateur qui m’avait contacté m’a rappelé pour Avengers. Il m’a dit "Salut Sarah, ça te dit d’aller essayer une Harley électrique en Amérique ?". (rires) J’y suis allé, j’ai essayé de faire deux ou trois trucs et il était convaincu que ça pouvait passer dans le film. La Harley était un prototype, une tuerie. Ça marchait très fort : c’était un mix entre une Harley et une sportive avec un moteur électrique.

Peux-tu nous raconter le tournage ?

Je suis parti un mois à Séoul en Corée du Sud. J’ai fait ce qu’ils voulaient durant le tournage. J’avais fait un peu d’entraînement à Londres pendant un mois. On m’avait laissé une autoroute fermée pour m’entraîner ! C’était génial. Ils m’ont donné tous les outils pour réussir et faire ce qui était demandé. Mais ce n'était pas forcément évident avec une moto qui pesait 300 kg avec toutes les batteries. Sans compter qu'ils avaient mis des caméras dessus.

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

As-tu d’autres projets dans ce style ?

J’ai réalisé un autre doublage cette année, ça s’appelle Inferno, c'est un film Américain. Il sortira à l’hiver 2016 et on pourra y voir Omar Sy. Même chose, une expérience de fous. Après je n’ai rien de prévu, ça arrive au compte-gouttes, on ne peut pas trop savoir quel film va avoir besoin d’un trick de fous à moto.

Tu as deux millions de fans sur Facebook...

En soi, ce n'est qu'un chiffre sur Facebook. Je le ressens quand je suis en show et que je vois toutes ces personnes présentes qui viennent me féliciter.. Ça fait vraiment plaisir de travailler dur et de voir que ça paye.

Comment expliques-tu ta popularité sur les réseaux sociaux alors que le sport en lui-même est si peu représenté ?

Je pense que les gens sont impressionnés parce que je suis une petite nénette, que je prends ma moto de 200 kg et que je la retourne dans tous les sens. Sans me vanter, j’ai dépassé le niveau de plein de mecs. Pour les autres filles, je pense que c’est surtout la peur de chuter ou de prendre des risques. Dans l’éducation de base que l’on a aujourd’hui, les mecs ont moins peur de se lancer dans des trucs comme ça.

Sarah Lezito: "Je suis une nénette qui retourne sa moto de 200kg dans tous les sens" (exclu)

Quel est ton prochain défi ? Où va-t-on te voir prochainement ?

Je n’ai rien de prévu encore. J’ai eu mon objectif avec le championnat européen. Ça va être surtout plein de démos, de vidéos... Avant le Finist’Air j’ai une démo au Portugal, ça fait des petits voyages à côté donc c’est cool.

Si tu avais un message à faire passer aux filles qui voudraient se lancer dans le stunt, ce serait lequel ?

N’hésitez pas ! Si vous avec envie, allez trouver un parking avec des copains, copines ou qui vous voulez au cas il vous arrive un truc. Il faut essayer et ne pas lâcher. Je pense qu’en France les filles se comptent sur les doigts d’une main et même dans le monde, le niveau est super bas. Si ça pouvait changer ce serait cool.