Sébastien Loeb : "Avoir confiance en la voiture, c'est vital à Monte-Carlo"

Ecrit par

Sept fois vainqueur du Rallye de Monte-Carlo, Sébastien Loeb porte forcément un regard averti sur les conditions d'un succès sur la première manche du championnat du monde WRC.

Neuf fois champion du monde des rallyes, Sébastien Loeb est aujourd'hui parti découvrir d'autres horizons dans le sport automobile, comme en atteste sa participation au Dakar 2016, terminé à la neuvième place du classement général. Mais l'Alsacien garde toujours un regard sur l'actualité du WRC, qui débute ce jeudi avec le Rallye de Monte-Carlo 2016. Sept fois vainqueur de l'épreuve (2003, 2004, 2005, 2007, 2008, 2012 et 2013), il tient quelques astuces pour ne rien laisser au hasard. Il les dévoile sur le site de son sponsor Red Bull. À commencer par le choix des pneumatiques : "Je ne pense pas qu'il soit possible de trouver les pneus parfaits pour une spéciale dans cette épreuve. Ce que tu dois faire, c'est le meilleur choix pour deux ou trois spéciales. Faire un compromis dans certaines zones ; des pneus secs sur la neige ou des pneus neige pour de l'asphalte sec. Ainsi, tu peux garder de la vitesse pour les autres zones. C'est moins compliqué qu'avant, lorsqu'on avait un choix plus limité de pneus. C'était un cauchemar de prendre des pneus course et être incapable de grimper une colline verglacée !"

Sébastien Loeb : "Avoir confiance en la voiture, c'est vital à Monte-Carlo"

Connue pour ses changements climatiques, cette manche demande également une certaine connaissance en la matière : "Les meilleurs pilotes sont autorisés à faire passer une voiture avant que les routes ne soient fermées pour le rallye. Bien sûr, on ne conduit pas, il y a un staff qui connaît notre système de notes et qui conduit pour nous. Ils surveillent les plaques d'humidité ou bien les endroits où la neige a fondu. Ils décident ensuite, selon l'heure de la journée, si cette plaque d'humidité va se transformer en verglas. Si c'est le cas, ils le signalent sur le notebook pour nous dire de ralentir. En fait, ils sont là pour nous informer s'il y a eu un changement de conditions météorologiques depuis la dernière reconnaissance. Il est vital d'avoir une confiance aveugle dans le crew qui prend les notes pour la glace. En montagne, la météo peut changer très rapidement. Je me souviens de fois où on avait équipé la voiture de pneus secs et il a commencé à pleuvoir juste avant le départ. C'est impossible de savoir ce que le ciel va te réserver, mais comprendre la météo locale, savoir dans quelle direction le vent va souffler et à quelle force, ça peut être très précieux. On a toujours de l'aide de la part du crew météo mais ça reste une loterie."

Sébastien Loeb : "Avoir confiance en la voiture, c'est vital à Monte-Carlo"

Enfin, Sébastien Loeb insiste sur la confiance en sa voiture : "C'est toujours important, peu importe la compétition. Mais à Monte-Carlo, c'est vital si tu veux gagner. En tant que pilote, tu dois savoir ce que la voiture va te donner quand tu freines dans un virage ou quand tu essaies de conserver ta vitesse sur la glace dans une section piégeuse. Sans cette intuition, ça devient très dur. L'équipe fait en sorte de préparer la voiture afin de donner de la confiance au pilote, mais dans le même temps, elle doit rester performante. Par exemple, certains pilotes ont plus de confiance quand ils conduisent une voiture plus souple qui permet de trouver de la traction et de déraper mais dans les portions sèches, la voiture doit être plus raide et précise. En faisant ça, tu auras moins de vitesse, c'est certain. Parfois, il faut juste être courageux." À lire aussi : Rallye de Monte-Carlo 2016 : Suivez l'ES1 en direct à partir de 20h00 sur L'Équipe 21 !