Sébastien Loeb : Interview exclusive du champion du monde WRC pour meltyXtrem

Ecrit par

Sébastien Loeb récemment retraité du WRC a répondu aux questions de meltyXtrem après sa dernière épreuve. Retrouvez la première partie de l'interview consacrée au WTCC, son nouveau défi.

À 39 ans, Sébastien Loeb n'a plus rien à prouver. Neufs titre en WRC, record à Pikes Peak, deuxième aux 24 Heures du Mans en 2006, il a presque tout conquis, surtout le cœur des Français. Dimanche 6 octobre dernier, le Rallye de France Alsace 2013 sonnait la fin de sa carrière en WRC. Après cette ultime manche, le pilote se retire. À l'occasion de ce moment important dans la vie d'un athlète mais aussi d'un homme, Sébastien Loeb a répondu aux questions de meltyXtrem. Dans la première partie de notre interview, l'Alsacien se livre sur son nouveau challenge, le championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC). Rencontre avec un sportif complet que les générations futures auront du mal à égaler. À lire aussi : Sébastien Loeb au Challenge Turbo remporté par meltyXtrem.

Plus d'actu sur Sébastien Loeb208 T16 Pikes Peak : Sébastien Loeb s'offre la victoire et le record !WTCC 2014 : Sébastien Loeb aura Yvan Muller comme équipier chez Citroën !Sébastien Loeb : Qui est vraiment le champion du monde des rallyes ?Sébastien Loeb : Rallye de France Alsace en vidéo best of par Citroën Racing

Vous avez pu tester la C-Elysée WTCC à Valencia début septembre et au Hungaroring, comment vous sentez-vous à bord de la voiture ? Y-a-t-il encore de gros réglages à faire ? Sentez-vous la voiture bien née ?

Sur les premiers feelings, la voiture me paraît bien née. Après, nous n’avons pas d’éléments directs de comparaison, donc il faut rester prudent. Je me sens bien à bord, le programme de développement se déroule bien. Évidemment, nous continuons à travailler sur les réglages, mais c’est toujours le cas en compétition, et encore plus dans la phase qui suit la conception.

La C-Elysée WTCC est la première voiture sur circuit de Citroën Racing. En quoi le développement est-il différent de voitures comme celles que vous pilotiez en rallye ?

Ça n’a rien à voir car c’est une discipline complètement différente, avec des contraintes différentes, un règlement différent et donc une philosophie de travail différente. Cela étant, Citroën Racing a une grande expérience de la compétition en général. Le team a une approche très professionnelle, tout le monde est très motivé par ce super challenge qui se présente à nous. Et puis, parfois, le fait d’arriver d’une autre discipline permet d’avoir un œil neuf. C’est intéressant. La présence d’Yvan Muller est également importante pour progresser plus rapidement.

Vous serez coéquipier avec lui l’année prochaine, quadruple vainqueur en WTCC. Quels objectifs vous fixez-vous pour cette saison dans une discipline que vous découvrez ?

Vous l’avez dit dans la question : c’est une découverte et je vais donc tâcher de bien découvrir cette nouvelle discipline. Je dois apprendre. La voiture, la discipline, les circuits… C’est très différent de ce que j’ai pu connaître. C’est pour cela que j’ai aussi fait une saison avec mon team en GT, pour appréhender un peu mieux les courses sur circuits et notamment le fait d’être ''portière contre portière''. Comme pour la voiture, la présence d’Yvan va être un plus. Je suis en phase d’apprentissage mais je veux faire au mieux, comme toujours !

La C-Elysée WTCC fait 380 chevaux alors que la 208 T16 Pikes Peak était à 875. Est-ce une facilité pour trouver plus rapidement les limites de la voiture ?

Non, ça n’a rien à voir. D’un côté il y a une voiture ultra puissante pour faire une montée de 20 kms à 4000 mètres d’altitude. C’est une one shot. De l’autre, ce sont des courses en peloton, sur des circuits. La puissance n’est pas le seul critère : tant de paramètres rentrent en compte pour trouver la limite d’une auto. Toute expérience est bonne à prendre, que ce soit Pikes Peak, le rallye, le rallycross. Cela ne veut pas dire que ça facilite les choses.

Outre votre coéquipier, vous devrez notamment affronter les pilotes Honda qui ont l’avantage d’avoir une voiture sacrée chez les constructeurs cette année. Quels sont d'après vous les pilotes à surveiller l’année prochaine ?

Je ne vais pas prendre le risque d’oublier un pilote. Je sais simplement que c’est le championnat où il y aura le plus de titres de champion du monde au départ. C’est vous dire si le niveau sera relevé. Honda sera à surveiller de près, tout en sachant que le règlement change et qu’il y aura une certaine redistribution des cartes.

Vous avez désormais piloté une voiture des quatre championnats du monde organisés par la FIA. Est-ce important pour vous de découvrir d’autres styles de pilotages ? Vous pourriez d’ailleurs devenir le premier champion du monde sacré dans deux championnats FIA différents. Est-ce un objectif qui vous motive ?

Ce que j’aime, c’est piloter. En rallye, rallycross, circuit ou autre… J’ai toujours adoré découvrir de nouvelles voitures, de nouvelles disciplines. Chaque découverte m’a permis d’apprendre de nouvelles choses. Ce nouveau challenge en WTCC est passionnant mais il est aussi difficile. On l’a vu quand Kimi Räikkönen est passé de la F1 au rallye. Passer d’une discipline à l’autre, ce n’est pas simple. Il faudra beaucoup de travail, une grande détermination et forcément un peu de temps pour se battre avec les références de cette catégorie, qui sont de grandes spécialistes.

Retrouvez la suite des réponses de Sébastien Loeb demain sur notre site...

Sébastien Loeb : Interview exclusive du champion du monde WRC pour meltyXtrem - photo
Sébastien Loeb : Interview exclusive du champion du monde WRC pour meltyXtrem - photo
Sébastien Loeb : Interview exclusive du champion du monde WRC pour meltyXtrem - photo
Sébastien Loeb : Interview exclusive du champion du monde WRC pour meltyXtrem - photo
Source : Sébastien Loeb