Sébastien Ogier : "J'ai été forcé de prendre plus de risques que les autres"

Ecrit par

Interrogé avant le Rallye d'Australie 2015 qui peut lui permettre de glaner un troisième titre mondial, Sébastien Ogier s'est confié pour son sponsor Red Bull.

Il n'est pas du genre à pratiquer la langue de bois. Alors que le Rallye d'Australie 2015 est sur le point de s'ouvrir, Sébastien Ogier aborde cette dixième manche du championnat du monde avec un seul objectif, celui de décrocher un troisième titre mondial consécutif. Il y parviendra évidemment s'il s'impose sur cette épreuve dont il est le double tenant du titre. Pourtant, le Gapençais sait plus que personne que cette saison aurait pu être plus difficile en raison de la nouvelle règle qui l'obligeait à ouvrir les premières spéciales en tant que leader : "J'ai été forcé de prendre plus de risques que les autres pour rester au top." Au volant de sa Volkswagen Polo R WRC, le pilote de 31 ans s'est ainsi déjà imposé à six reprises lors de neuf premières levées du WRC, une situation qui lui permet de disposer d'un matelas très confortable de 93 points d'avance sur son coéquipier Jari-Matti Latvala.

Sébastien Ogier : "J'ai été forcé de prendre plus de risques que les autres"

Dans sa quête de sacres, Sébastien Ogier ne veut pas se prendre la tête avec les records annexes. Il apporte ainsi peu d'importance au fait que la France totalise davantage de victoires que la Finlande dans le championnat du monde (175 contre 174, ndlr) : "Clairement, je ne suis qu'un acteur parmi d'autres, beaucoup de gens ont apporté leur contribution. C'est une statistique sympathique mais les choses peuvent changer dans le futur. Dans le même temps, je vais tout faire pour garder mon pays en tête. Ce n'est pas facile parce que quand je ne gagne pas, c'est mon coéquipier Jari-Matti Latvala qui le fait, donc la compétition est serrée." Pas plus qu'à celui de dépasser Marcus Grönholm au nombre de victoires WRC (30 chacun pour le moment) : "Ce sont aussi des statistiques et au bout du compte, les statistiques ne sont pas le côté le plus agréable de ce travail. Cependant, c'est toujours un plaisir quand il s'agit d'une bonne statistique. Dépasser des grands noms comme Carlos Sainz ou Marcus Grönholm est un sentiment plaisant."

Sébastien Ogier : "J'ai été forcé de prendre plus de risques que les autres"

Dans cette quête d'un troisième sacre mondial, Sébastien Ogier ne veut pas traîner, pas question donc de lever le pied pour pouvoir être couronné en France début octobre : "Je peux vous dire honnêtement que ce ne sera jamais mon genre. Même si j'ai presque le titre en poche, l'important est le mot "presque". On ne sait jamais ce qui peut se passer, donc à l'instant où il sera possible de sécuriser le titre, je le ferai. J'ai obtenu le premier en France, le deuxième en Espagne, donc si le troisième arrive en Australie, ce sera avec plaisir." Et Ogier d'annoncer : "Je sais qu'en Australie, il faudra que je fasse de mon mieux dès le début et si le temps est sec, alors ouvrir la route sera très piégeux. Je vais envoyer dès le début pour faire le métier." À lire aussi : Rallye d'Australie 2015 : Stéphane Lefebvre remplace Mads Ostberg chez Citroën !