Supercross de Paris-Lille 2015 : Dylan Ferrandis veut "battre les Américains !" (exclu)

Ecrit par

Dylan Ferrandis sera capable d'aller chercher les pilotes américains sur le supercross de Paris-Lille les 14 et 15 novembre ! Il a répondu en exclusivité aux questions de meltyXtrem.

Dylan Ferrandis fait parler de lui depuis quelques saisons désormais... À 21 ans, il compte déjà à son actif de nombreux podiums sur le championnat du monde dans la catégorie MX2. L’année dernière, les fans de MX de la planète entière le regardaient briller sur la plus haute marche du podium du Motocross des Nations en Lettonie, aux côtés de Gautier Paulin et de Steven Frossard. Il était ensuite allé titiller un peu plus les Américains lors du premier supercross de Paris-Lille. Les spectateurs se souviendront probablement de ce fameux block pass qu'il avait d'ailleurs infligé à Justin Barcia ! Après une saison en GP écourtée cette année à cause d’une blessure, Dylan profite des supercross européens pour effectuer son retour en compétition, et sera de nouveau les 14 et 15 novembre sur la piste du stade Pierre-Mauroy, où il est capable et aura envie d’aller chercher les pilotes américains, devant son public. Il a accepté cette semaine de répondre aux questions de meltyXtrem et revient notamment sur le supercross de Gênes auquel il a participé le week-end dernier.

Supercross de Paris-Lille 2015 : Dylan Ferrandis veut "battre les Américains !" (exclu)

Envisageais-tu, plus jeune, de pouvoir remporter avec l’équipe de France un Motocross des Nations à seulement 20 ans ? Comment on se sent quand on est le plus jeune sur la plus haute marche de ce podium ?

J’ai commencé la moto à l’âge de trois ans et demi, et dès l’âge de 7-8 ans, remporter un titre mondial en motocross a toujours été mon but, l’objectif de ma vie. La moto, c’était la seule chose que je savais faire et que je voulais faire. J’ai toujours roulé pour être le plus rapide possible, et c’est venu au fil du temps avec l’entraînement. Et puis plus jeune, j’ai remporté pas mal de championnats, j’ai été notamment champion de France, j’ai terminé troisième de la coupe du monde à 13 ans… Et quand on a des bons résultats, les contrats viennent avec ! Pour moi, j’étais déjà pro à l’âge de 13 ans dans la mesure où je faisais tous les championnats que je pouvais et je gagnais toutes les courses que je pouvais. J’ai intégré ensuite le team Bud Racing, et j’ai commencé à rouler en mondial à l’âge de 17 ans. Remporter les Nations, c’est la concrétisation ultime dans la vie d’un pilote, c'est la course la plus importante de l’année. Je ne sais pas vraiment comment expliquer ce que j’ai ressenti à ce moment-là, mais être sur la plus haute marche du podium des Nations est la meilleure sensation que l’on puisse avoir !

Tu es tout de même allé assister au Motocross des Nations cette année à Ernée ?

Je suis pilote mais aussi fan de mon sport, et donc je suis monté à Ernée pour regarder les courses et faire un peu la fête. Je me suis régalé ! C’était vraiment top, avec un super team, et des superbes courses. C’était pas facile mais c’est vraiment une belle victoire.

Supercross de Paris-Lille 2015 : Dylan Ferrandis veut "battre les Américains !" (exclu)

Tu t’étais blessé au genou lors du GP d’Espagne cette année, ce qui t’avait malheureusement forcé à stopper ta saison… Tu n’as pas roulé en compétition depuis. Quand as-tu repris l’entraînement ?

J’ai repris rapidement et j’étais prêt super tôt puisque j’avais repris les entraînements trois mois et demi après m’être fait opérer. Je devais même rouler au dernier GP à Glen Helen (qui s’est déroulé le 20 septembre, ndlr), mais finalement, cela ne s’est pas fait.

Tu profites des supercross pour faire ton retour, après six mois sans compétition. Tu as commencé la semaine dernière sur le SX de Gênes en Italie. Comment s’est passé ton week-end ?

Je n’étais pas inscrit sur ce supercross à la base, je ne devais rouler qu'à Lille. C’était très tôt, mais avec ma nouvelle moto, la nouvelle 450 Kawasaki, je me suis senti très vite à l’aise, alors on a pris la décision d’aller à Gênes pour faire une petite mise en jambes avant Lille. Je n’étais pas très chaud pour Gênes, c’est pour ça aussi que je ne devais pas y aller et au final, j’ai eu un peu mal mais ça ne m’a pas trop gêné pendant les courses. Ça s’est relativement bien passé mis à part une certaine excitation de reprendre les courses après six mois sans rouler en compet’, et un an sans faire de supercross. J’étais surtout excité à l’idée de battre les "Ricains" ! Du coup, j’étais en bagarre pour gagner à chaque fois, mais sur la première manche, j’ai calé très bêtement. Sur la seconde manche, j’étais en tête mais je fait une sortie de piste et j’ai du mal ensuite à revenir sur la piste. Enfin, en troisième manche je fais deuxième facilement, mais je suis tombé dans les whoops… Donc voilà j’ai commis quelques erreurs, mais j’avais une bonne vitesse, et la moto allait bien donc c’est cool.

Supercross de Paris-Lille 2015 : Dylan Ferrandis veut "battre les Américains !" (exclu)

Comment-vas tu aborder le supercross de Lille ? Te verra-t-on ensuite sur d’autres SX européens ?

Je vais rouler pour m’entraîner un peu cette semaine avant Lille. J’avais très mal à l’épaule le week-end dernier mais là, ça va déjà beaucoup mieux. On va dire que la première course est toujours la plus dure et à Lille cela devrait être beaucoup plus positif et ça devrait mettre du gros gaz ! Je ne sais pas encore en revanche si je serai sur d’autres supercross européens.

Avant ta blessure, tu faisais un bon début de saison en GP. Te sens-tu sens capable d’aller chercher le titre la saison prochaine ? Comment vas-tu te préparer cet hiver ?

Je faisais un bon début de saison, j’étais deuxième au classement, juste derrière Jeffrey (Herlings). J’avais commis une petite erreur et j’avais été disqualifié aux Pays-Bas donc j’avais perdu des points, mais j’étais bien parti. Donc oui je me sens clairement capable d’aller chercher le titre et c’est l’objectif. Le supercross aide énormément pour le motocross, ça me permet de faire des courses l’hiver quand il n’y a plus de courses en MX. Mais je vais surtout mettre au point ma moto au maximum, car les GP sont devenus la priorité. Et en préparation, je vais rester sur les mêmes bases que l’année dernière, je ne vais rien changer de particulier.