Tessa Worley : "Je me suis remise en question" (interview exclu)

Ecrit par

Après une dernière saison difficile avec des résultats décevants, Tessa Worley aborde l'exercice 2015-2016 de la coupe du monde de ski alpin avec un nouvel état d'esprit. Comme elle l'a confié à meltyXtrem.

Dans le sillage d'une équipe de France féminine de ski alpin décevante, Tessa Worley (26 ans) a connu une dernière saison compliquée sur le cirque blanc. 49e du classement général en fin d'exercice, on peut dire que la championne du monde de géant 2013 (à Schladming en Autriche) a connu des meilleurs moments dans sa carrière. Mais au moment d'aborder la nouvelle saison par l'épreuve autrichienne de Sölden avec le géant féminin ce samedi 24 octobre, celle qui comptabilise huit victoires et treize podiums en coupe du monde espère repartir du bon ski. Après une préparation qui l'a vue se remettre en question, elle aspire à retrouver le haut des classements et faire preuve d'une certaine régularité. Victime d'une rupture du ligament croisé du genou droit et d'une lésion du ménisque en décembre 2013 - ce qui l'a privée des Jeux Olympiques à Sochi -, elle est consciente que son corps doit poursuivre une phase de reconstruction. Elle l'a expliqué à meltyXtrem. À lire aussi : Ski alpin : Calendrier de la saison 2015-2016.

Tessa Worley : "Je me suis remise en question" (interview exclu)

La saison 2014-2015

"Sur le papier, on peut penser qu'il s'agissait d'une saison moins bonne que d'habitude et un peu creuse. Mais je pense qu'elle a été intéressante sur la manière dont mon corps évolue après ma grosse blessure. Ce n'était pas facile sur le coup mais j'en retire de nombreux enseignements. Je reconstruis ma confiance petit à petit. Avant que les résultats nous aident, il faut savoir le faire soi-même. Je retrouve des sensations et des automatismes que j'avais avant la blessure donc c'est encourageant. Je suis contente de ma forme physique en fin de préparation, tout va bien pour débuter la nouvelle saison. Les feux sont au vert."

"La saison dernière a été dure car le moral n'était pas vraiment au beau fixe au sein de l'équipe de France féminine. Mais il ne faut pas oublier les belles performances quand même, il y a des signes encourageants. On s'est remise en question et on a montré de belles choses cet été. À nous de valider tout ça en nous exprimant au mieux sur les courses. Ma huitième place à Méribel a prouvé que j'étais sur la bonne voie et qu'il fallait que je continue à me battre. Aujourd'hui, je suis prête à repartir sur une nouvelle saison."

Tessa Worley : "Je me suis remise en question" (interview exclu)

Un problème de mental ?

"Notre principal problème est de ne pas parvenir à rééditer nos descentes de l'entraînement en courses. Je pense que l'on doit davantage oser s'exprimer. Il y a des jeunes qui poussent dans les autres nations et la différence avec nous est qu'elles n'ont pas eu peur de chambouler les filles déjà en place. C'est l'état d'esprit qu'il faut avoir, on est là pour gagner le plus de temps possible et tout compte à ce niveau-là. "

"La compétition est différente, il y a un stress évident et c'est compliqué de ne pas le laisser nous envahir. Quand ça ne va pas bien, il y a les médias qui nous le rappellent (sourire) et ce n'était pas facile pour nous d'arrêter la mauvaise spirale. Mais on est reparties avec une mentalité plus positive. J'espère que nous aurons su tirer toutes les leçons de nos échecs. On ne va pas non plus se réinventer car on sait pourquoi on en est arrivé là mais il y a des détails à perfectionner."

Tessa Worley : "Je me suis remise en question" (interview exclu)

Nouveaux objectifs ?

"Je trouve que ce sont de belles saisons même sans Jeux Olympiques ou championnats du monde. Il y a des globes en jeu et les épreuves s'annoncent riches. Cela permettra peut-être d'étaler la pression plutôt que de la concentrer sur un rendez-vous. Je verrai si mes premiers résultats peuvent me laisser espérer un globe, c'est encore difficile de se projeter sur les objectifs mais c'est clairement un but. Je suis là pour gagner des courses, c'est la récompense derrière laquelle je cours même si je ne me fixe pas d'objectif chiffré.

Une blessure oubliée ?

"Il y a eu un avant et un après car on vit des choses qui nous font grandir, je suis toujours la même mais avec un bagage en plus pour franchir des paliers. Je pense que c'est possible de ne pas se blesser dans notre discipline même si on peut penser que cela devient inévitable. Il faut faire en sorte que cela soit un mal pour un bien."