This Ain’t California : Vidéo intégrale du documentaire de skate sur Arte

Ecrit par

Regardez en replay "This Ain’t California", le documentaire le Skate made in RDA réalisé par Marten Persiel. Diffusé cette semaine par Arte, il raconte l’histoire de de la RDA vues par des skateurs est-allemands.

Après l’état du skateboard en France par Hugo Liard que meltyXtrem interviewait au Vand D Vans Downtown Showdown à Paris, direction l’est et plus particulièrement l’Allemagne de l’Est… Dans les années 1980, un groupe de jeunes a l’habitude de se retrouver sur l’Alexanderplatz à Berlin-Est pour s’adonner au skateboard, évoluant sur des planches bricolées avec les moyens du bord. Cette pratique venue des États-Unis, qui se répand comme une traînée de poudre, jusque dans les plus petites villes de RDA, intrigue les autorités. Dans les archives de la Stasi, des dossiers mentionnant des individus « issus du milieu non organisé des planchistes à roulettes », apparaissent dès 1985. Les dignitaires du sport essaient de récupérer le mouvement et de contrôler ces « têtes brûlées ». Mais les skateurs de l’Est et de l’Ouest prennent contact et sympathisent lors d’un championnat du monde à Prague en 1988.

Plus d'actu sur SkateboardTrocadéro Days : Skate à Paris par Converse avec Pontus AlvRed Bull Skate Arcade : Douwe Macaré, vainqueur du contest skateboard à Barcelone !Tony Hawk : Skateboard en slow motion par Ride Channel avec le maitre !World Skate Cross Series 2013 : Résultats de la 8ème étape à Lyon !

Le film s’articule autour de collages fictifs représentant des skateurs bien réels de cette époque : Nico, Dirk et Dennis, dit « Panik ». Leurs souvenirs alternent avec des séquences tournées en super-8, des photos et reportages datant de l’époque communiste, rythmés par le ton si typique des officiels ou des journalistes de la RDA, ainsi que des montages d’animation et des scènes reconstituées. Non, l’ « État des ouvriers et des paysans » n’était pas si triste que ça. Les skateurs prenaient leur pied avec des filles très libérées, faisaient des sacrées « teufs » en écoutant des chansons d’Anne Clark, Alphaville, Die Ärzte ou Feeling B.

This Ain’t California : Vidéo intégrale du documentaire de skate sur Arte