Thomas Raymond en interview exclu : ''il faut continuer à pousser la pratique des filles'' (partie 2)

Ecrit par

Découvrez la deuxième partie de l'interview exclusive de Thomas Raymond, l'organisateur du Battle Of The Year France. Il y parle notamment du phénomène anglais Terra, ou encore de la place des femmes dans la discipline !

Hier meltyXtrem vous dévoilait la première partie de l'interview exclusive de Thomas Raymond. En effet, la rédac' a eu l'occasion de poser quelques questions à l'organisateur du Battle Of The Year organisé en France. Thomas Raymond se trouve également à l'initiative du Breakin’ World Series, un format de battles organisé autour de la vidéo. Il s'installe pour sa première édition à Montpellier ce samedi 7 décembre à 19h. Huit équipes de danseurs venus du monde entier avec caméraman-monteur et un beatmaker (compositeur musical), disposent d'une semaine pour réaliser une vidéo de leur performance. Les productions diffusées au public lors de la soirée organisée au Zénith Sud, seront jugées par des professionnels de la vidéo et du B-Boying. Le résultat déterminera l'ordre de passage des battles. Parmi les crews présents, les spectateurs retrouveront : Melting Force (France), Bboy World (USA), Morning Of Owl (Corée), Found Nation (Japon), Top 9 (Russie), Check Style (Espagne), Ruggeds solution (Pays-Bas) et Brazilian Allstars (Brésil). Sans plus attendre, terminons notre rencontre avec Thomas Raymond, Monsieur BOTY national !

Plus d'actu sur Battle Of The Year 2014Battle Of The Year France : Melting Force s’impose à huis clos !Battle Of The Year 2013 : Fusion MC vainqueur succède au Vagabond CrewBattle Of The Year 2013 : Vidéo de B-Girl Terra 6 ans en demi-finaleBattle Of The Year : Thomas Hergenröther, le fondateur en interview

Connaissez-vous l'Anglaise de six ans B-Girl Terra ?

Un véritable prodige, mais il faut faire attention à ne pas la transformer en phénomène de foire. Il faut savoir préserver les enfants pour ne pas trop les exposer.

Que pensez-vous de la médiatisation du breakdance au cinéma ?

C'est une très bonne chose, il faut continuer à le faire ! Ce sont les premiers films comme BeatStreet qui ont donné à toute une génération de B-Boys l'envie de se mettre à danser. Ces films peuvent avoir le même effet sur les nouvelles générations.

Il existe en ce moment une polémique sur la possible création d'un diplôme d'État de danse hip hop. Qu'en pensez-vous ?

Il n'existe aucun projet de diplôme, mais une concertation de la part du Ministère, pour envisager l'outil qui permettrait de transmettre au mieux cette danse toute en préservant ses spécificités. C'est au milieu hip hop de s'organiser et de se rassembler pour être force de proposition.

Peu de femmes participent à des compétitions de breakdance. Est-ce une discipline trop risquée/physique ou est-ce la question de se faire une place parmi les hommes ?

Non ce n'est pas une question de physique mais une question de permettre aux filles d'intégrer les crews et c'est encore trop rare. Nous avons développé le Battle B-Girl à cet effet, il faut continuer à pousser la pratique des filles en les mettant au même niveau de visibilité que les garçons.

Vous-même pratiquez-vous le breakdance ?

Je l'ai pratiqué au début des années 80 mais plus maintenant.

Thomas Raymond en interview exclu : ''il faut continuer à pousser la pratique des filles'' (partie 2) - photo
Thomas Raymond en interview exclu : ''il faut continuer à pousser la pratique des filles'' (partie 2) - photo